Depuis plusieurs années, les collègues qui faisaient valoir leur droit à la retraite durant le dernier trimestre, étaient placés pour leur dernière rentrée en position de TZR. Ils n’étaient jamais sollicités et cela permettait à l’administration de faire passer en « douceur » le non renouvellement d’un fonctionnaire sur deux.

Changement radical cette année. Dans un contexte de pénurie de TZR, nos collègues sont requis pour assurer des missions de suppléances notamment celles des professeurs stagiaires déchargés de la moitié de leurs cours jusqu’aux vacances de la Toussaint pour suivre un minimum de formation .
Ces futurs retraités ont découvert le plus souvent le jour de la pré-rentrée des affectations le plus souvent inacceptables. L’administration aurait pu faire le choix de limiter ces suppléances au remplacement des collègues stagiaires placés sur leur ancien poste. Il n’en est rien. Plusieurs collègues enseignants en collèges depuis longtemps sont sommés d’aller enseigner en lycée et inversement. Des collègues reçoivent des affectations sur deux établissements, parfois très éloignés de leur établissement d’origine et distants entre eux. Ces situations marquent un irrespect profond pour des collègues en fin de carrière et doivent être révisées. Nous sommes intervenus auprès du Secrétaire Général et du Directeur des Ressources Humaines pour qu’ils mettent un terme à ce scandale. Nos collègues n’ont pas à payer les faux semblants d’une politique de communication qui vise à masquer une rentrée décidément calamiteuse…

Courrier au Recteur

Eric Puren