Le jeudi 13 décembre, les enseignant-es qui n’avaient pas cours et des parents d’élèves ont totalement bloqué les accès au collège dès 7h00 du matin. Cette action qui avait été décidée en heure d’information syndicale la semaine précédente avait pour objectif d’obtenir le poste d’AED que les personnels et les parents réclament depuis de nombreuses semaines. En effet, depuis la rentrée on assiste à une dégradation des conditions de travail des personnels, d’accueil et d’étude des élèves : études surchargées, couloirs insuffisamment surveillés, activités péri-scolaires empêchées…Cette situation est la conséquence, entre autres, d’un manque de personnel à la Vie scolaire : 8 adultes l’an dernier, 5 cette année. Les AED n’ont que 10, mn pour manger le midi !

Pourtant les représentant-es des personnels et des parents d’élèves ont déjà fait un certain nombre de démarches : audience auprès de l’IA en poste au Havre, rencontre avec la députée PS, démarches qui n’ont pas abouti. Alors que la future loi d’orientation présente l’Education Nationale comme la principale priorité du gouvernement, Madame la Rectrice refuse toujours de nous accorder le poste d’AED qui avait été supprimé il y a trois ans sous prétexte d’une diminution du nombre d’élèves : 550. Aujourd’hui le collège accueille 620 élèves dont un nombre de plus en plus important éprouvent des difficultés économiques et sociales. Les personnels du collège sont pour que leur collège soit le lieu de la mixité sociale et de l’intégration de tous mais ils réclament les moyens nécessaires pour pouvoir accomplir leurs missions en toute sérénité afin d’assurer la réussite de tous leurs élèves. L’action a été une réussite puisqu’aucun cours n’a eu lieu. La presse écrite et France 3 Haute Normandie ont fait des reportages l’action et C.Troallic, la députée PS est venue soutenir l’action ! Une motion, présentée au Conseil d’administration a été adoptée à une grande majorité.

D’autre part, une audience à Madame la rectrice a été demandée et devrait avoir lieu dans le début du mois de Janvier. Les personnels et les parents restent mobilisés et envisagent d’autres actions