Le Comité Technique Spécifique Départemental de l’Eure s’est tenu le 26 janvier.

La FSU a prononcé la déclaration ci dessous :

Déclaration FSU CTSD 27

C’est lors de ce CTSD que sont annoncées les DHG. Le SNES-FSU a dénoncé le fait que les dotations aient été données en amont aux chefs d’établissement, entrainant ainsi des informations incomplètes qui peuvent perturber les discussions. Pour le SNES-FSU, le CTSD doit précéder toute prise de décision, afin que les représentants du personnel puissent exprimer leur opinion avec une vision complète de la situation académique. Ainsi, le SNES-FSU refuse que les instances de dialogue social soient réduites à une simple chambre d’enregistrement.

Avec seulement 167 élèves en moins prévus, c’est 14 ETP (13 en HP et 1 en HSA) et 25 classes que perdent les collèges du département de l’Eure.

Ainsi, la préparation de la rentrée scolaire s’annonce préoccupante cette année : la moyenne du nombre d’élèves par classe sera en augmentation à la rentrée avec 25,3 élèves par classe (pour 24,7 cette année scolaire).

Le SNES-FSU a interpelé l’IA afin de savoir comment serait appliquée l’allocation progressive de moyen, annoncée par la Ministre le 15 décembre ? Les allocations progressives ne se feront qu’à partir de la rentrée 2016. Pour la rentrée 2015, les dotations se font en fonction de 4 niveaux : REP+ (nombre cible d’élèves à 23), REP (25), « ruraux-sociaux » (27) et les autres (29). Pour la catégorie « ruraux-sociaux », le pourcentage d’élèves résidant en milieu rural isolé a exclu deux collèges aux critères sociaux très défavorisés. La nouvelle classification détériore le nombre d’élèves cible par classe : ainsi beaucoup d’établissements voient leur E/D augmenter.

L’Inspection Académique a fait le choix en plus des horaires règlementaires de doter chaque établissement d’une marge de manœuvre au choix des équipes : celle-ci ne permettra évidemment pas de financer tout ce dont les établissements ont besoin puisqu’elle va seulement de 4h à 12 h (calculées en fonction de la taille des établissements). La partie « horaires réglementaires » est une fois de plus attribuée à la structure et ne laisse aucun choix aux équipes ! Cette année encore, les salles des profs devront choisir entre la section sportive, les groupes en science, l’option latin pour tous les élèves qui le souhaitent…ou sauver un poste. Le SNES-FSU a dénoncé cette marge bien trop insuffisante pour pouvoir parler d’autonomie des établissements. Une autonomie pédagogique nécessite une réelle marge de manœuvre budgétaire dans chaque établissement au-delà des heures statutaires planchers. Comment peut-on encore annoncer que les équipes peuvent faire des choix ?

La nouveauté de cette année est l’arrivée des IMP qui remplacent certaines heures statutaires. Le décret fixant ces indemnités n’est pas encore voté et donc certaines données manquent encore. : les heures de chorale, de labo en SVT et physique restent des heures statutaires intégrées dans les DHG.

Les heures de labo de techno et d’histoire et la coordination d’EPS devront être intégrées dans les IMP.

Les enveloppes d’HSE seront attribuées ensuite mais il est déjà certain que les HSE fléchées « accompagnement éducatif » seront concentrées sur l’éducation prioritaire et donc que la coupe sera drastique pour tous les autres établissements.

tableau récapitulatif des DHG des collèges de l’Eure.