23 janvier 2016

COLLÈGES/LYCÉES

26 divisions en moins dans les collèges de Seine-Maritime.

Le premier CTSD de préparation de la rentrée 2016 s’est tenu ce jour, vendredi 22 janvier. Etaient présentées les prévisions d’effectifs et les dotations (DHG).

Comme depuis plusieurs années, et malgré les promesses de respect des instances paritaires faites par l’administration, les chefs d’établissement connaissaient les dotations avant même la réunion du CTSD. Certains ont même tenu des commissions permanentes afin de présenter des répartitions à partir d’une enveloppe de moyens encore provisoire.

Et pourtant, cela est source de grandes tensions dans les établissements, avec des annonces fluctuantes et contradictoires des chefs auprès des collègues, sans attendre d’avoir des informations sûres.

Pour le SNES-FSU, le CTSD doit précéder toute prise de décision, afin que les représentants du personnel puissent exprimer leur opinion avec une vision complète de la situation académique. Ainsi, le SNES FSU refuse que les instances de dialogue social soient réduites à une simple chambre d’enregistrement.

Les représentants de la FSU ont lu la déclaration suivante :

Pour cette rentrée 2016, 48927 élèves sont attendus, 425 élèves de moins qu’en 2015. Les collèges de Seine-Maritime perdent 26 divisions. Le nombre d’élèves par division augmente légèrement, à 24,5 élèves de moyenne.

Malgré les promesses de maintien des moyens avec la réforme des collèges, les dotations sont en baisse de 569,75 heures, l’équivalent de 31 temps-pleins.

Nous pouvons dès maintenant prévoir pour cette rentrée, qu’outre les mesures de carte scolaire inévitables avec cette dotation en baisse, les compléments de services vont être multipliés dans de nombreuses disciplines telles que l’Allemand.

La DSDEN a construit les dotations de la manière suivante : aux horaires obligatoires (28,75h) et statutaires, sont ajoutées des heures portant l’appellation « marge de manoeuvre »...

Cette dotation supplémentaire permet de camoufler les effets de la réforme du collège sur les moyens et les postes. En effet, si on appliquait strictement les horaires réglementaires de l’arrêté « collège 2016 », ce seraient 1054 heures de moins par rapport à 2015 dans les DHG 2016. Cela représente plus de 58 postes !

Cette marge de manoeuvre est bien évidemment temporaire, et la DASEN n’a bien sûr pas garanti ces heures pour les rentrées suivantes. Les effets réels et néfastes de la réforme du collège sont donc quantifiables dès maintenant.

Pour les REP+.

Les REP+ accueilleront 3164 élèves (soit 6,46% des élèves), soit 42 élèves de moins. Le E/D est en hausse légère, à 20,42 élèves.
Les établissements REP+, s’ils conservent un nombre d’élèves par classe compris entre 19,08 (pour Varlin au Havre) et 21,3 élèves par classe (pour Mandela à Elbeuf), sont malheureusement touchés par des pertes de division. 4 collèges REP+ perdent 1 ou 2 divisions.

Les DHG sont en baisse globale de 130,5 h, soit 7,25 équivalent temps-pleins (ETP). On ne peut que regretter cette baisse, comparée à la baisse des effectifs. Pour la perte de l’équivalent de deux classes, les REP+ perdent l’équivalent en heures de 4,5 divisions.

2 REP+ sont particulièrement maltraités :
- Le Collège Camus à Dieppe perd 64,5 h en perdant seulement 24 élèves !
- Le Collège Vallès au Havre perd 50,75 heures, pour un effectif égal, sans perte de division.

Le ratio « heures/élèves » (H/E) est très variable en REP+, de 1,73 à 2,27, avec une moyenne à 1,94.

Pour les REP.

9168 élèves sont attendus (soit 18,74% des élèves), 56 de moins qu’en 2015, pour un gain de 3 divisions au total. Le nombre d’élèves par division reste stable en REP, à 22,25 élèves en moyenne.

Les Collèges REP gagnent 144,75 h. C’est la seule catégorie à être préservée, sans doute pour corriger certaines dotations insuffisantes de l’année dernière.

Mais là encore, tous les établissements ne sont pas traités équitablement.
Ainsi, le Collège Courbet perd presque 42 heures pour 9 élèves de moins !
D’autres collèges perdent des heures sans perdre de divisions. Le gain de division apporte des une hausse très variable de la dotation (de 19,25 h à 64,5h)...

Enfin, le H/E en REP varie de 1,24 à 1,66, avec une moyenne à 1,39.

Pour les établissements hors éducation prioritaire. (dont les ruraux isolés et les sortants d’EP).

36553 élèves sont attendus (soit 74,71% des élèves), 523 élèves de moins, pour une perte de 28 divisions au total.
Le E/D augmente avec 25,56 élèves par division en moyenne. 2 établissements ont une moyenne d’élèves par classe supérieure à 27.

Pour les établissements ruraux isolés (RUR), le E/D est compris entre 21,67 et 25,35 (soit tous inférieurs à moyenne hors EP).

Pour les sortants EP, E/D compris entre 22,86 Renoir Gd Couronne et 24,44 Branly Gd Quevilly (soit tous inférieurs à la moyenne hors EP, mais tous supérieurs à la moyenne des REP).

Les dotations des collèges hors éducation prioritaire baissent de 584 h (-32 ETP)

La perte maximale d’heures est pour le Collège Noël à Montville : -60,5h pour 23 élèves de moins.

Tous les sortants de l’EP (sauf Renoir) perdent des heures… (-57,5 à -23,25)

Le H/E pour les hors EP est en moyenne de 1,19 heure par élèves.

Pour les RUR, le H/E est toujours supérieur à la moyenne hors EP.

A part Branly, tous les sortants EP ont un H/E inférieur à la moyenne REP.

Le SNES-FSU dénonce à nouveau ces conditions de rentrée dégradées, malgré les promesses politiques d’une amélioration des conditions de travail avec la réforme du collège.
Cette réforme est néfaste, elle doit être abrogée.
Tous en grève et manifestation le 26 janvier.