Compte-rendu du groupe de travail du 22 août 2010

Fin août s’est tenu un groupe de travail concernant l’affectation des stagiaires à la rentrée 2010, selon les nouvelles modalités. Nous avons protesté contre le fait que les convocations aient été envoyées dans nos établissements au mois de juillet après la fin des journées administratives. Si un collègue ne s’était pas rendu par hasard dans son établissement, aucun commissaire paritaire n’aurait été informé de la tenue de ce GT !
Par rapport aux prévisions du mois de juillet (12 stagiaires), le Ministère a obligé le Rectorat à accueillir deux stagiaires de plus, ce qui porte le nombre à 14. Les postes ont été pris sur des départs en retraite, congé parental, congé formation, mi-temps thérapeutiques, et, pour les deux derniers, révision d’affectation et détachement.

Concernant les postes avec internat, qui peuvent être logés, le Rectorat nous a affirmé que les stagiaires étaient des fonctionnaires comme les autres, et qu’ils pourraient se satisfaire de bénéficier de ce logement. Selon nous, ce qui pose problème est d’imposer des astreintes à des personnels qui ne sont pas logés à titre définitif dans un établissement.

Pour faire leurs vœux, et donc préciser, le cas échéant, s’ils voulaient, ou non, être logés, les stagiaires avaient un document à remplir sur l’application qui leur était réservée (SIAL), entre le 16 et le 18 août… Les critères retenus pour l’affectation sont : le handicap, le rang au concours et les situations familiales. La plupart des collègues ont vu leurs vœux respectés, sauf les plus faibles barêmes.

Seuls 6 stagiaires sont issus de l’académie de Rouen. Il y a donc fort à parier que la plupart des collègues formés ici repartiront dans leur académie d’origine s’ils le peuvent.

Il manquait 2 tuteurs au moment du GT, la liste complète nous ayant été fournie à notre demande le 25 août.

La formation des stagiaires (d’un volume horaire de 108 heures) aura lieu essentiellement en début d’année, où les stagiaires exerceront à mi-temps jusqu’à la Toussaint, remplacés par des TZR. Elle se poursuivra au cours de l’année le jeudi.

Concernant la validation du master, elle devrait s’effectuer en juin 2011, voire 2012 : la réponse du Rectorat est restée évasive ! Si, à terme, le master n’est pas validé, le stagiaire perd le bénéfice de son concours.
Nous avons dénoncé cette réforme qui affaiblit la formation, complique l’entrée dans le métier, et peut mettre les stagiaires en difficultés, notamment dans le cas où ils sont affectés sur 2 établissements (cas de 2 stagiaires). Le Rectorat nous a répondu qu’il ne fallait pas prendre les nouveaux collègues pour des « petits poussins ».

Depuis, une stagiaire, qui se trouvait précisément dans cette situation, a démissionné. Aucune permutation avec un autre collègue n’était possible, les autres stagiaires ne s’étant pas plaints de leurs affectations.
Le secteur CPE du SNES va assurer un suivi des stagiaires au cours de l’année, en prenant régulièrement contact avec eux et les soutenir en cas de problème.