4 octobre 2011

ACTUALITES

Au Havre, ils surveillent, ils contrôlent et ils expulsent !

Pendant la crise et les affaires qui éclaboussent les proches du président (dont Hortefeux, l’initiateur des quotas d’expulsion des immigrés sans-papiers), le sous-préfet du Havre porte atteinte aux droits élémentaires de tout être humain sous prétexte de lutter contre l’immigration « clandestine ».
Remise en cause du droit aux études en renforçant les contrôles de police aux faciès aux abords des locaux de l’Université afin d’arrêter les étudiants sans-papiers qui poursuivent leurs études, malgré la peur et les menaces d’arrestation et d’expulsion.
Remis en cause du droit à vivre en famille en menaçant d’expulsion Monsieur Abdourahimi qui s’est installé en France avec sa femme depuis 2010 et qui élève cinq enfants dont quatre sont scolarisés à l’école H.Wallon.
Dans ces deux cas révélateurs de la politique inhumaine du gouvernement, la réaction des citoyens, des étudiants, des parents d’élèves et des personnels de l’Education nationale a été immédiate : tracts, pétition de soutien, démarche auprès des élu-es. Tout est fait pour empêcher qu’un climat de crainte s’abatte sur la ville. Bien entendu, la Fsu avec le Snes, le Snuipp, et le Snes-sup est résolument en gagée aux côtés des immigrés sans-papiers pour empêcher toute expulsion et obtenir leur régularisation.