Le 06 janvier 2016, les syndicats de la FSU (le SNES, le SNEP et le SNUEP) ont été reçus en audience au Rectorat et ont formulé nombre de questions et revendications relatives à la situation des stagiaires. Le DRRH, les chefs de la DPE et de la DIFOR, les corps d’inspection ainsi que la Directrice adjointe de l’ESPE ont répondu à nos questions .

Remboursements des frais de déplacement pour se rendre aux formations

Pour lire le compte-rendu détaillé, consultez l’article ici .

Formation et évaluation des stagiaires à temps plein

Le SNES a déploré le manque d’informations des collègues qui ont dû attendre plusieurs mois avant d’être convoqués à une quelconque formation. Le SNES a exigé une meilleure communication à l’égard des collègues.

Le DRRH a répondu que le dispositif de formation dédié à ces collègues devait être repensé et restait à construire avec l’Espe. Par ailleurs, à la demande du SNES, le Rectorat s’est engagé à améliorer sa communication l’an prochain.

Les stagiaires à temps complet doivent également bénéficier d’une formation. Celle-ci est pilotée par le service de la DIFOR du Rectorat. Ces formations ont commencé ou vont bientôt débuter.

Comme les stagiaires à mi-temps, les stagiaires à temps plein reçoivent trois avis pour leur évaluation de stage : celui du chef d’établissement, celui du corps d’inspection et celui du directeur de l’ESPE.

Dans la mesure où les stagiaires à temps plein ne suivent pas, dans l’Académie, de formation à l’ESPE, le SNES a demandé sur quoi serait fondé cet avis ; le Rectorat a rappelé que, dans ces circonstances, cet avis serait, donc conforme aux deux autres .

Formation adaptée et évaluation des stagiaires à mi-temps

Le SNES-FSU a alerté la direction de l’ESPE et le Rectorat des différentes difficultés liées à la formation adaptée : retards dans les contrats pédagogiques, pressions subies par certains stagiaires déjà titulaires d’un M2 de suivre le M2MEEF, problèmes sur le site du Havre (contenu et enseignants), problème de communication, surcharge de travail, situations particulières, ...

L’ESPE a pris en note de nos remarques et nous avons pu obtenir quelques réponses. Mais il apparaît qu’un certain flou réside encore et que, malgré les efforts déployés depuis la création des ESPE (il y a deux ans), de nombreux problèmes persistent.

En ce qui concerne la communication, l’administration a reconnu que l’année de stage était chargée et qu’il y avait beaucoup d’informations à intégrer. L’ESPE a aussi rappelé qu’il était essentiel que les stagiaires consultent leur messagerie électronique universitaire car c’était la seule façon de transmettre les informations.

1. La formation adaptée

Les stagiaires à mi-temps, déjà titulaires d’un M2, doivent bénéficier d’une formation adaptée. Dans l’académie de Rouen, cette formation s’élève à environ 100h annuelles (parfois jusqu’à 130h), un contrat pédagogique qui définit pour chaque stagiaire les différentes UE à suivre, a été mis en place.
C’est le responsable de parcours qui, en accord avec le stagiaire, rédige ce fameux contrat. Il est donc essentiel d’être en lien avec ce responsable en cas de difficulté.

Si on on vous a demandé de suivre d’autres formations que celles qui figurent sur ce contrat, n’hésitez pas à nous en faire part.

2. L’évaluation

L’évaluation de l’année de stage s’établit selon trois avis :

-  Celui du chef d’établissement ;
-  Celui du corps d’inspection (à partir de sa/ses visite(s) éventuelle(s) et de l’avis du tuteur terrain) ;
-  Celui du directeur de l’ESPE.

Le directeur de l’ESPE fonde son avis en fonction de quatre critères  :

-  L’assiduité aux formations prévues dans le cadre du contrat pédagogique ;
-  Les éléments de formation prévus dans le contrat pédagogique (selon l’avis du responsable de parcours qui s’appuie sur l’avis des responsables de chaque UE suivie).
-  Le projet collaboratif innovant ;
-  Le bilan de positionnement du tuteur ESPE.

Depuis la mise en place de la réforme de la formation initiale professionnelle, qui chaque année apporte son lot de nouveautés et de difficultés pour nos collègues, les syndicats de la FSU n’ont cessé d’accompagner les collègues en les informant au mieux et en se faisant le relais de leur préoccupations et de leurs difficultés auprès de l’employeur et des acteurs de formation. Cet engagement est nécessaire pour faire évoluer favorablement les conditions d’entrée dans le métier et en limiter au possible les entraves.

Aussi n’hésitez pas à faire remonter vos difficultés pour que nous puissions intervenir au mieux.