4 avril 2017

COLLÈGES/LYCÉES

Audience SNES-FSU au sujet des épreuves anticipées de Français

Fin 2016, la FSU avait, dans le cadre du CHSCT ministériel, porté un certain nombre de demandes concernant les conditions de travail des examinateurs.
Le ministère a renvoyé certaines modalités d’organisation de ces épreuves à l’échelon académique.

Les élus de la FSU ont questionné la DEC et le Secrétaire Général sur les points suivants :

1. Nombre de candidats à l’oral :

La FSU avait posé l’avis au CHSCT ministériel, adopté par l’ensemble des OS, que le nombre maximum de candidats à interroger soit de 11 par journée complète.
Malheureusement, comme les années précédentes, la DEC prévoit 14 candidats par journée, soit trop pour donner des conditions de travail correctes aux examinateurs.
Interrogée sur le nombre de collègues convoqués pour assurer l’épreuve orale, la DEC nous a assurée solliciter l’ensemble des examinateurs potentiels.
Nous avons demandé pour l’EAF – comme pour les autres épreuves du baccalauréat – de rappeler aux chefs d’établissement la nécessité de décharger de cours les collègues en poste partagé en collège qui seraient sollicités.
Le rectorat y veillera.

2. Nombre de copies :

Il est prévu entre 65 à 70 copies par correcteur, soit une moyenne de 7 copies par journée de correction.

3. Restitution des copies :

Nous avons voulu nous assurer que les copies soient ramenées en un centre d’examen ou établissement centralisateur unique et non dans plusieurs établissements (parfois très éloignés du domicile) comme ce fut le cas l’an dernier dans les premières convocations. Ce sera chose faite.