82 demandes de mutations avaient été formulées. 43 mutations ont été obtenues, ainsi qu’une affectation en zone de remplacement (ZR).
La CAPA fut longue, car le Rectorat avait oublié 3 postes qui ont été « réinjectés » dans le mouvement à la demande des organisations syndicales, amenant à d’importantes modifications automatiques, auxquelles s’ajoutent les modifications proposées ensuite par les commissaires paritaires. A l’issue du travail, 17 changements ont été effectués, avec 2 mutations supplémentaires et 2 affectations sur poste pour des stagiaires qui devaient obtenir une ZR.

Cela montre, s’il fallait encore le démontrer, la confusion induite par la publication d’un projet de mouvement avant les CAPA : les collègues s’attendent à une affectation, qui, pour plus d’un tiers d’entre eux, aura changé par la suite !

Sur les 6 sortants de l’IUFM, 5 collègues obtiennent un poste fixe et un collègue une ZR. 4 TZR se stabilisent, et un seul TZR est nommé, ce qui amène une perte pour les TZR de 5 postes au total (avec le départ d’une TZR par obtention d’un autre concours) : plus que 12 TZR dans l’académie ! 10 en Seine-Maritime et 2 dans l’Eure. Les remplacements ne seront donc pas tous effectués à la rentrée prochaine, d’autant plus que les modalités de formation des stagiaires ne changent pas (mi-temps jusqu’à la Toussaint).
Les TZR boucheront donc encore plus les trous, et encore plus de trous ne seront pas bouchés !

Les commissaires paritaires de la FSU (SNES et SNUEP)