La notation administrative, attribuée par le chef d’établissement, comprend plusieurs parties : la note sur 20, les « pavés » et l’appréciation. La contestation n’est prise en compte par le Rectorat que lorsqu’il s’agit de contester la note, or il arrive que des collègues contestent l’appréciation ou les pavés. Dans ce cas, nous recommandons aux collègues de contester la note elle-même, pour que l’ensemble soit examiné par l’administration. Sinon, les contestations ne sont pas examinées en CAPA, notamment quand la note est de 20, mais l’inspecteur peut décider de venir faire une visite-conseil dans l’établissement. Il est à noter que, cette année, 3 des 6 collègues ayant contesté leur appréciation sont allés en audience suite à la CAPA.

Pendant la CAPA, deux collègues ont vu leur note augmentée de 0,1 points, suite à une intervention des organisations syndicales et à un avis favorable de l’inspecteur d’académie, qui, comme tous les ans, était présent.
Avant la contestation, la négociation doit se faire avec le chef d’établissement. Nous rappelons que le fait de signer indique que l’on a pris connaissance de la notation : ainsi, refuser de signer n’apporte rien ; ce qui compte, c’est de faire un courrier au Rectorat pour expliquer les raisons de la contestation, en particulier si le dialogue avec le chef d’établissement n’est pas possible ou s’il a échoué. Dans certains cas, demander une audience à l’inspecteur peut s’avérer utile, avec possibilité de se faire accompagner par un représentant du personnel.

Les échelles de notes dépendent d’un cadrage national : à chaque échelon correspond une fourchette (exemple pour l’échelon 6 : entre 17,6 et 19,6). Si votre note est inférieure à la fourchette basse, il faut s’en inquiéter, de même si elle est inférieure à la moyenne, ce qui arrive parfois en début de carrière. Si vous ne vous en apercevez que l’année suivante, il faut négocier avec votre chef pour qu’il opère un rattrapage, surtout s’il n’a rien à vous reprocher, ou si vous avez été mal noté(e) dans l’établissement précédent. En revanche, si votre note dépasse la fourchette haute, elle sera rabaissée au maximum de l’échelon considéré. Il est à noter que l’absence d’augmentation n’est pas en elle-même une sanction (cas des collègues ayant obtenu rapidement le maximum de l’échelon). De même pour une augmentation de 0,1 ou une augmentation moindre que l’année précédente. Tout dépend de la durée de séjour dans l’échelon, de votre arrivée ou de votre évolution dans l’établissement d’exercice.

De la notation dépend votre avancement de carrière et votre passage plus ou moins rapide à l’échelon supérieur. De plus, elle est l’occasion de faire reconnaître votre investissement dans votre fonction, de faire le point avec le chef d’établissement, ou de signaler au Rectorat d’éventuels dysfonctionnements.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous contacter pour exposer votre situation ou demander des conseils.