13 décembre 2016

MUTATIONS ET CARRIÈRES

CAPA avancement d’échelons des certifiés !

CAPA avancement d'échelons des certifiés !

La CAPA d’avancement d’échelon des certifiés s’est tenue le 6 décembre 2016.

La FSU a lu la déclaration suivante :

déclaration avancement 2016

Pour l’année scolaire, les barres d’avancement d’échelon 2016 - 2017 :

Les critères en cas d’égalité sont les suivants : 1 – Ancienneté dans le corps, 2 – Ancienneté d’échelon, 3 – Date de naissance

Échelon de départ Note
Grand Choix
Ancienneté Corps Grand Choix Ancienneté Échelon
(au 31/08/2016) Grand Choix
Date de Naissance Grand Choix Note Choix Ancienneté Corps Choix Ancienneté Échelon (au 31/08/2016)*
Choix
Date de Naissance Choix
4 76,5 2 ans 1 an 5 mois et 20 jours
5 79 2 ans 2 ans, 3 mois et 8 jours 76 6 ans 11 mois
6 81,8 9 ans 78,7
7 84 12 ans 2 ans 81 13 ans 2 ans et 6 mois
8 86,5 14 ans 10 mois 83,5 11 ans 3ans 7 mois et 10 jours
9 89 85 18 ans 3 ans et 11 mois
10 90 19 ans 85,7

Le courrier suivant a été envoyé aux promouvables :

Cette CAPA est a priori la dernière sous cette forme, le processus PPCR rentrant en application d’ici l’année scolaire prochaine. Comme vous le savez donc, le gouvernement a mis en place dans le cadre du PPCR un nouveau dispositif carrière. Celui-ci n’est pas entièrement satisfaisant mais apporte une revalorisation et une amélioration globale de la carrière qui profitera à chacun. Étant donné la perte de pouvoir d’achat que notre profession subit depuis 2010, cette revalorisation est insuffisante. Cependant il serait absurde de la refuser ! A ceux qui nous disent, qu’il faut la refuser et réclamer plus (ce que nous faisons depuis 7 ans dans des manifestations et des grèves minoritaires), nous préférons répondre qu’on prend déjà cela et qu’on essaie d’obtenir plus.
Le SNES-FSU réclame depuis des années un rythme unique d’avancement déconnecté de l’évaluation, estimant qu’on ne doit pas confondre rémunération d’un travail fait et récompenses. Le système actuel, que nous ne voulons pas conserver, part en effet du principe qu’il y aurait 30% de supers profs à récompenser et 20% de mauvais à punir. C’est inacceptable ! D’ailleurs, les commissaires paritaires observent tous les ans en CAPA que les 20% de collègues qui avancent à l’ancienneté sont souvent des collègues qui sont pénalisés par des retards d’inspection, des congés maladie, des affectations en tant que TZR ou des collègues qui ont la malchance d’enseigner les disciplines plus sévèrement notées. Les situations traitées aujourd’hui montrent en effet qu’il vaut mieux pour une promotion au Choix ou au Grand choix être un homme professeur de mathématiques ou d’histoire géographie en poste fixe plutôt qu’une femme jeune, en lettres ou en anglais et TZR de surcroît.
Le projet du ministère va dans le sens de ce mandat en proposant un rythme quasi unique et donc en déconnectant évaluation et avancement !
Cependant la FSU a souligné deux problèmes et continue dans chaque instance de défendre ses mandats ! En effet, à deux moments de la carrière, certains collègues auront une accélération de carrière suite à une évaluation dont les contours sont encore mal définis et le rythme choisi correspond au choix et donc n’est pas le plus rapide !

Ce que dit le décret carrières :
- les collègues auront toujours une double évaluation (pédagogique et administrative)
- cette évaluation se fera au cours de 3 rendez-vous de carrière seulement :
- au 6e échelon (au bout d’un ou deux ans dans cet échelon)
- au 8e échelon (au bout de 18 mois ou 36 mois dans cet échelon)
- au 9e échelon (la deuxième année)
C’est lors de ces RV de carrière que nous serons évalués par un IPR (après une inspection comme aujourd’hui) et par notre chef d’établissement.
Notons d’abord que notre chef d’établissement, roi des pressions en tout genre, ne nous évaluera plus tous les ans mais seulement 3 fois dans nos carrières ! En aucun cas cela ne peut donc augmenter les pressions des chefs d’établissement ! Le rendez-vous en question sera prévu longtemps à l’avance ce qui évitera ce couperet que peut être l’inspection telle que pratiquée aujourd’hui. Par rapport aux premiers projets, les interventions des élus du SNES-FSU ont permis d’éviter un entretien annuel avec le chef d’établissement et de garantir la possibilité de contester l’évaluation en CAPA par exemple. Le SNES-FSU a aussi obtenu la suppression du bilan professionnel (document d’auto-critique qu’il aurait fallu compléter avant les rendez-vous de carrière)
En janvier la grille d’évaluation sera présentée. Dans l’état actuel, elle sera refusée par la FSU car de nombreux et graves problèmes subsistent : la grille telle qu’elle est prévue pose de nombreux problèmes (nature des items, saucissonnage...), l’accompagnement tel qu’il est présenté pourrait se transformer en pressions locales.