Le mercredi 19 décembre, s’est tenue la CAPA des CPE relative à l’avancement d’échelons. En préambule, nous avons rappelé les revendications du SNES à ce sujet (cf déclaration préalable).

Lors de cette CAPA, 27 collègues ont été promus au grand choix et 37 au choix.

Barres promotions échelons CPE 2012-2013

Grand choix

Échelon Note Ancienneté dans corps Ancienneté dans échelon Date naissance
5 18,8 4 ans 2 ans 15/11/1986
6 19,3 6 ans 2 ans 03/11/1977
7 19,6 8 ans 2 ans 01/07/1977
8 20 10 ans 2 ans 10/10/1962
9 20 12 ans 2 ans 06/08/1972
10 20 15 ans 3 ans 17/03/1969
11 20 18 ans 3 ans 28/06/1965

Choix

Échelon Note Ancienneté dans corps Ancienneté dans échelon Date naissance
6 19,1 7 ans 2 ans 29/03/1979
7 19,6 8 ans 2 ans 23/09/1973
8 19,8 11 ans 2 ans 01/03/1975
9 20 11 ans 3 ans 22/01/1972
10 20 13 ans 3 ans 29/03/1967
11 20 18 ans 4 ans 23/10/1962

Le SNES-FSU et le SNUEP-FSU ont lu la déclaration suivante.


La CAPA des promotions d’échelon est l’occasion pour certains CPE de voir leur possibilité de pouvoir d’achat augmenter. Elle reste la seule façon de compenser la perte de pouvoir d’achat, pendant que l’absence d’augmentation du point d’indice ne parvient pas à juguler la poussée inflationniste. Ainsi, c’est une bonne nouvelle, tant sur le plan individuel que collectif, puisque c’est grâce à la consommation des ménages que la maigre croissance existe, même si elle devient ridicule, dans une France qui n’a toujours connu qu’une crise structurelle depuis 1977, contrairement aux autres pays européens.

Pour mémoire, il y a un plus plus d’un an, l ’analyse de l’OCDE montrait que l’enseignant français gagne moins que ses voisins,qu’entre 2000 et 2009, le salaire moyen des enseignants a diminué en France. Le ministre d’alors, Luc Chatel, avait déploré que cette analyse oubliait les primes et les heures supplémentaires...

Ce complément de revenu paraît bien mince pour les CPE : l’indemnité forfaitaire s’élève à 92,01 euros. Il n’existe pas de part modulable comme celle des professeurs principaux, par exemple. Les heures de vie de classe ne sont pas rémunérées. La catégorie ne bénéficie que de 5% de promotions à la HC, contre 7% pour les certifiés enseignants. Les CPE ont toujours été les derniers à obtenir des avancées, ce sont qui ont les salaires les plus bas.

Dans l’urgence, nous demandons donc une augmentation significative du ratio des CPE avec rattrapage et à terme la reconstruction des carrières pour tous avec intégration des indices de la hors-classe en une carrière en onze échelons parcourue en 20 ans. Cela entraine de facto une indispensable déconnexion entre évaluation et avancement.

Malheureusement, nous souffrons d’un manque de considération chronique :

Pourtant, notre métier est complexe et innovant, et la nouvelle loi d’orientation devrait à notre sens privilégier cette relation transversale qui est au coeur du métier : l’écoute spécifique du jeune et le lien privilégié avec les familles, la contribution du CPE à l’intégration et à la réussite scolaire.
Le référentiel de compétences actuellement discuté avec le ministère pour servir de cahier des charges dans les futurs École Supérieures du Professorat et de l’Enseignement doit prendre ces caractéristiques en considération : les CPE sont au cœur de la relation éducative et non des Conseillers techniques du chef d’établissement. La première version de ce texte n’est pas acceptable en l’état. Le Ministère doit prendre en compte les amendements proposés par le SNES et le SNUEP.

Dans son ultime rapport annuel remis vendredi 7 décembre au Président, le Haut Conseil de l’Éducation met en garde contre le « niveau croissant de l’échec scolaire » en France et les « performances en baisse ».Il ajoute qu’il y a « un nombre élevé de sortants sans diplômes (environ 1 jeune sur 6 chaque année) ; par ailleurs, « les actes de violences et d’incivilités se sont multipliés, le harcèlement s’est développé » et « l’orientation tend à procéder par des exclusions successives vers de voies ou des filières de moins en moins considérées »

Nous pensons que c’est dans ce sens qu’il convient de refonder l’école en prenant en compte ces données, de l’évolution des structures familiales, du décrochage scolaire, des comportements à risques , où le CPE et ses partenaires de travail ont toute leur place.
Or ce n’est manifestement pas la direction que prend l’actuel projet de loi d’orientation !

Déclaration SNES SNUEP - CAPA avancement CPE 19 12 2012