1er juillet 2010

MUTATIONS ET CARRIÈRES

Capa Hors Classe des certifiés du 30 juin 2010

La CAPA de promotion à la hors classe des certifiés s’est tenue mercredi 30 juin. 271 collègues ont été promus.

A cette occasion, nous avons rappelé les raisons de notre vif mécontentement (voir déclaration en PJ).

Elles tiennent surtout au maintien, depuis cinq ans maintenant, d’un barème arbitraire. Lors du groupe de travail du 12 février, il n’a été possible de revoir ce barème qu’à la marge malgré nos demandes pressantes : 10 points sont attribués à présent aux collègues passés au 11e échelon à l’ancienneté et qui ne répondent pas aux critères d’attribution des 30 points (voir les barêmes), ce qui ne permet aucune promotion supplémentaire aux collègues concernés.

Cela est donc largement insuffisant et nous demandons que l’ancienneté dans le 11e soit un critère essentiel dans le barème de promotion.

Depuis 2005, la promotion à la hors classe ne prend plus en compte l’ensemble de la carrière des collègues. Des collègues ayant enseigné pendant de nombreuses années en ZEP mais ayant obtenu une mutation dans un nouvel établissement hors ZEP n’obtiennent aucun point pour ces années en « Éducation Prioritaire ». Des collègues aux 7e, 8e et 9e échelons se révèlent quant à eux « exceptionnels » parce qu’ils assistent les corps d’inspection, forment des non-titulaires ou des « titulaires première année » à l’IUFM, occupent les fonctions de chef de travaux ou d’adjoint par intérim, sont responsables de divers sites. Nous demandons qu’on les rémunère pour tout ce travail mais qu’on ne les promeuve à la hors classe au détriment de ceux qui n’ont pas l’opportunité ou le temps de remplir des tâches supplémentaires !

Des dysfonctionnements perdurent d’année en année :

● Les avis ne sont pas le reflet de la carrière des collègues : ils devraient prendre en compte le déroulement de carrière, c’est-à-dire l’avancement, certains changements de corps, des changements d’établissements. Ils ne sont le plus souvent qu’un bilan de l’année écoulée.

● De nombreux collègues aux 7e, 8e et 9e échelons, 17 exactement (contre 14 en 2009) et 36 au 10e (contre 45 en 2009), sont proposés pour la promotion. Ces promotions sont prononcées au détriment de collègues plus près de la retraite et représentent tout de même 20% des promotions !

● Des difficultés rencontrées par les collègues ou des problèmes de santé ne sont gérés que par de mauvaises notes et un barrage à la hors classe.

● Les disciplines sont encore traitées de manière inégale (les promotions sont rares en espagnol, par exemple).

Nous pouvons nous féliciter que cette année aucune promotion n’ait été attribuée sur le « contingent du recteur ».

Nos interventions et le travail effectué en CAPA ont amené le rectorat à minorer de manière importante, mais encore insuffisante, les promotions aux 7e, 8e, 9e et 10e échelons.

La prise en compte croisée de l’échelon, de l’âge, du barème et des avis des IPR et chefs d’établissement a permis de promouvoir à la hors classe 14 collègues du 11e échelon non promus initialement.

Le SNES revendique une dynamique d’amélioration pour tous, à toutes les étapes de la carrière et dans toutes ses dimensions (rémunération, conditions d’emploi et de travail, mobilité et formation continue). Nous avons besoin d’une programmation ambitieuse et de mesures immédiates. Et les orientations affichées par le Ministère sur la revalorisation de nos métiers, ainsi que le projet de réforme des retraites vont totalement à contre-courant de nos exigences.
Les commissaires paritaires du SNES et du SNESup-FSU