9 juin 2015

COLLÈGES/LYCÉES

Carte des formations : organisation des établissements en réseaux

La carte des formations pour la rentrée 2015 a été soumise pour avis au CAEN du 8 juin. A cette occasion, il a été présenté la nouvelle organisation des établissements en réseaux ainsi que le protocole d’ouverture ou de fermeture des formations.

Il règne toujours une certaine opacité dans l’organisation de la carte des formations. Les représentants des personnels sont mis devant le fait accompli et découvrent donc les projets d’ouvertures et de fermetures en comité technique académique, en CREFOP (comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles)et enfin, en CAEN (Conseil académique de l’Education nationale). la FSU, dans ces trois instances a, à chaque fois fait part de son opposition au principe du mixage des publics qui semble désormais devenir une règle quand il s’agit de formation professionnelle : Sous statut d’apprentis ou scolaire, formation initiale ou continue, le Rectorat fait le choix systématique de mélanger les publics au mépris de toute considération pédagogique et parfois même contre l’avis des branches professionnelles qui découvrent en séance du CREFOP le choix rectorale du mixage. Évidemment, il s’agit d’optimiser les moyens et de remplir des sections de BTS ou de bac pro, jugées peu « rentables ». Aux questions de la FSU sur le financement et les conventionnement , jamais de réponses... il semble désormais allant de soi à l’éducation nationale de mettre à disposition de la formation par apprentissage des enseignants uniquement rémunérés pour l’enseignement de type scolaire. Or, cette situation n’est pas acceptable car le mixage des publics complique considérablement le suivi des élèves, alourdit la charge de travail sans aucune reconnaissance de l’institution. Mme le Recteur a invoqué un bilan positif du mixage des publics en Basse Normandie... On aimerait en connaître le détail ... la FSU a réclamé un bilan pour la Haute Normandie qui n’élude ni les dimensions pédagogiques de la question ni ses conséquences sur les conditions de travail et de rémunération.
L’organisation des établissements en 9 réseaux adossés aux filières économiques consacre le principe des contrats d’objectifs et des partenariats publics-privés et exclut de fait les personnels du processus d’élaboration de la carte des formations.
Pour toutes ces raisons, la FSU s’est abstenu lors du vote de la carte de formations en CAEN.