Suite à l’annonce par le conseil général 27 de son désengagement sur le financement des CIO départementaux, un rassemblement des personnels des CIO, mais aussi enseignants, a eu lieu le 7 décembre 2011 devant le CG 27.
Nous avons été reçus en audience par le conseil général. Celui-ci a rappelé que la question du budget de fonctionnement des CIO départementaux de l’Eure a été posée lors d’un entretien entre Mme Le Recteur et le Président du Conseil Général en Février 2011. Le souhait du CG de ne budgétiser le fonctionnement des CIO que jusqu’en septembre était alors un moyen de faire réagir les services du rectorat puisqu’aucune réponse n’avait été apportée à cette question.

M.Destans a affirmé qu’il est « hors de question pour le département de jeter les CIO hors de chez eux, de les laisser sur le bord de la route, pour que vous vous retrouviez sans solution à la rentrée prochaine ! »
Suite à nos demandes de prises en compte des expériences malheureuses des autres départements et vu la baisse drastique de recrutement des COPsy et le désengagement de l’Etat sur les missions d’orientation, en particulier dans le cadre de la labellisation, le conseil général s’est engagé à :

• Changer la formulation du document présenté au vote des conseillers régionaux, suppression du texte de la référence au département 76 , retrait du terme de désengagement du CG27 et ajout qu’une modification de budget interviendrait en septembre 2012 si les discussions avec le rectorat n’avaient pas aboutis.

• Demander au rectorat que les personnels soient partie prenante dans le groupe de travail.

• Faire un point avec nous en Novembre 2012 pour nous tenir au courant des discussions à propos du budget 2013

Le CG a ensuite sollicité les collègues pour un travail commun de partenariat entre les CIO et le Conseil Général sur des sujets autour de la jeunesse (décrochage scolaire,…). Nous avons rappeler, sans fermer la discussion, que les missions des COPsy sont nationales et qu’il ne faudrait pas tomber dans une dérive consistant à mettre en place des missions départementales.

Le SNES a d’ores et déjà demandé une audience au rectorat pour obtenir des éclaircissements sur ce sujet.