Une fragilisation de l’établissement qui inquiète parents et enseignants
Nous avons appris dernièrement que les effectifs annoncés par l’Inspection Académique pour la rentrée prochaine engendreraient très certainement la fermeture d’une classe de 6e au collège en septembre 2016.

Cette perte de division implique évidemment des effectifs plus lourds en 6e mais aussi le partage de plusieurs postes sur beaucoup de matières l’an prochain (7 à 8 disciplines sur 12 pourraient être impactées au minimum).

L’inquiétude de l’équipe s’est donc très rapidement fait ressentir…
Comment en effet, dans de telles conditions, appliquer correctement la réforme du collège qui demandera beaucoup de concertations l’an prochain ? Pourquoi fermer une classe à la rentrée 2016 alors que les effectifs actuels de CM1 nous assurent une réouverture de classe l’année suivante ? Pourquoi enfin fragiliser un collège qui ne cesse de l’être depuis quelques années ?

Un bref rappel des faits s’impose ici : Après l’annonce de la fermeture du collège par le précédent président du Conseil Général, l’actuelle majorité départementale, présidée par Monsieur Lecornu, nous a annoncé, le 02 septembre 2015, un projet de fusion avec le collège de La Barre en Ouche : un seul établissement sur 2 sites, ce qui implique un seul principal, un seul CA, un seul budget, un seul projet d’établissement, un seul RNE (répertoire national des établissements dont dépendent notamment les mutations à venir)…

La fusion était alors annoncée pour la rentrée 2017… Il était question d’un nouveau PPI (plan pluriannuel d’investissement), d’une nouvelle carte scolaire (qui inquiétait énormément les parents attachés à l’établissement) mais les interrogations sur la mise en place concrète de cette fusion restaient sans réponse et le restent encore d’ailleurs…
Le Département sous-entend maintenant qu’elle n’aura pas lieu avant 2019… ajoutant ainsi une incertitude aux autres !

Comment ne pas se sentir fragiliser dans ces conditions ?
Compte-tenu de toutes ces incertitudes, une délégation de professeurs est donc allée rencontrer Mr Fatras le lundi 11 janvier pour lui faire part des inquiétudes légitimes de l’équipe pédagogique : le fait de passer de 10 divisions à 9 est en effet alarmant dans un collège comme le nôtre (nous atteignons l’effet de seuil au niveau des partages de postes) et fragilise une fois de plus l’établissement.
Ce dernier s’est dit très conscient de nos difficultés, de nos inquiétudes mais ne peut, a-t-il ajouté, nous promettre le maintien d’une 3e classe de 6e.

Il a donc été décidé que le collège se mettrait en grève le jeudi 14 janvier : 17 professeurs sur 20 étaient grévistes (les 3 absents étant solidaires du mouvement), toute la vie scolaire était en grève et des parents se sont joints au mouvement.
Un bilan satisfaisant donc pour cette action, qui, nous l’espérons, permettra le maintien de cette dixième division indispensable à un bon fonctionnement de l’établissement et à une mise en place de la réforme au sein de notre collège !