13 décembre 2011

ACTUALITES

Commission administrative académique du 12 décembre 2011

Commission administrative académique
Lundi 12 décembre 2011
Texte action

Les élections professionnelles de ce début d’année scolaire ont été marquées par le maintien de la FSU comme première fédération de l’Education nationale et par le renforcement du SNES dans le second degré. Le SNES-FSU sort renforcé dans son rôle de porte-parole de la profession, avec plus de 50% des voix aux CAP. Fort de ces résultats, le SNES-FSU compte peser dans les débats à venir.

Dans un contexte de crise internationale, le gouvernement poursuit son travail de remise en cause des services publics et sa politique inégalitaire. La semaine d’information organisée par l’intersyndicale inter-professionnelle, avec le 13 décembre comme journée de mobilisation, n’est pas à la hauteur des attaques subies. Néanmoins, Le SNES, avec la FSU, appelle à la réussite de cette journée de mobilisation.

S’il est nécessaire de mener le débat et d’informer sur les autres choix possibles, l’annonce d’une action nationale claire est également nécessaire pour mobiliser l’ensemble du monde du travail contre cette politique d’austérité injuste. Au-delà, c’est même une journée européenne d’action qu’il faut construire.

Après 4 ans d’attaques tous azimuts, il tente de faire passer en force une réforme de l’évaluation des enseignants absolument scandaleuse, qui remet profondément en cause le sens même de nos métiers.

Le SNES-FSU réclame l’abandon immédiat de ce projet de réforme et refuse que le déroulement de la carrière soit entre les seules mains du chef d’établissement.

Le SNES-FSU appelle à signer et faire signer la pétition intersyndicale.

Le SNES-FSU appelle les personnels à participer massivement aux manifestations et à être en grève le 15 décembre.

La grève unitaire du 15 décembre et la signature de la pétition unitaire doivent être le point de départ d’un mouvement national d’ampleur.

Le SNES-FSU doit également mener campagne afin d’exposer son projet d’école, incluant l’exigence de réussite pour tous.

Cela passe par :

- une relance de l’éducation prioritaire et l’abandon du dispositif ECLAIR ;
- le refus de voir le LPC et le socle commun imposés en informant massivement par une grande campagne d’opinion ;
- la remise à plat de la réforme du lycée.
- le refus de voir les CIO phagocytés par le service public de l’orientation tout au long de la vie et les missions des COPsy externalisées.

Suite au recours déposé par le SNES et d’autres organisations syndicales, le Conseil d’État a annulé l’arrêté du 12 mai 2010 fixant les conditions de stage des enseignants et CPE.

Le SNES réclame l‘application immédiate de la décision du Conseil d’Etat et le retour en vigueur de l’arrêté antérieur de 2006 fixant le temps de service en responsabilité à 8H maximum pour les FSTG.

Le SNES-FSU appelle les personnels à :

- organiser dès début janvier des assemblées de secteur, avec les autres syndicats de la FSU, afin d’informer sur les réformes en cours, de débattre sur l’Ecole que nous voulons et d’envisager les actions à mettre en place pour l’obtenir.
- l’organisation de réunions publiques locales afin de porter ce débat ;
- une campagne nationale d’appel des personnels enseignants à ne plus réaliser les tâches qui ne correspondent pas à leur service (clubs, soutien scolaire, réunions diverses non statutaires et à étudier d’autres formes de résistances, rétention de notes…)

Dans la période de préparation de la rentrée 2012, le SNES-FSU estime nécessaire une journée d’action d’ampleur sur l’Education incluant la grève.

Une manifestation nationale dans un cadre unitaire si possible doit être un moment fort d’interpellation de l’opinion sur l’urgence de la situation de l’Ecole.

Pour : 16 Contre : 0 Abstention : 2