Suite à l’emballement médiatique relatif à ce qui s’est déroulé ce vendredi 23 mars au lycée Flaubert, la section académique du SNES/FSU a accompagné la collègue convoquée auprès de Madame le Recteur. Nous nous sommes ensuite rendus à l’assemblée générale des collègues du lycée légitimement très émus. La section académique du SNES -FSU reprend les termes du communiqué rédigé par les collègues du lycée Flaubert avec notre soutien.

Communiqué de presse des enseignants du lycée Flaubert.

Les enseignants du lycée Flaubert sont atterrés et extrêmement choqués par l’emballement médiatique qui a suivi un incident de classe.

Dans un contexte émotionnel très sensible, des échanges verbaux entre une enseignante et sa classe ont été divulgués instantanément par un parent d’un élève de la classe, publiés immédiatement et sans vérification par un organe de presse. L’identité de la collègue a été révélée.

L’article rédigé à charge qui a été immédiatement publié contient des approximations et un mensonge majeur : aucune minute de silence n’a été organisée dans cette classe.

Si des maladresses ont été commises, elles sont regrettables mais nous pensons qu’elles ne sont motivées par aucune volonté de prosélytisme, ni présupposé ou arrière-pensée politique.

La fragilité de notre collègue était connue par les services du rectorat.

Dans ces circonstances, nous pensons qu’elle doit bénéficier de la protection et de l’accompagnement de son administration.

Le calme et la sérénité sont plus que jamais nécessaires et nous demandons que les procédures existantes puissent suivre leur cours, sans que notre collègue soit jetée en pâture aux médias.

Sans préjuger des conclusions des procédures, nous apportons notre soutien moral à notre collègue.