Le Comité Technique Académique, bilan de rentrée, s’est tenu le 15 novembre.

La déclaration suivante a été lue par la FSU :

A cette déclaration, le Recteur a justifié ses silence par un manque de confiance. Elle a ensuite ajouté que dans un contexte national où les autres ministères faisaient des sacrifices, on pouvait se féliciter que l’Éducation Nationale bénéficiaient de conditions favorables.

Les effectifs en collège et lycée

Nos interventions ont souligné les problèmes d’estimation des effectifs de seconde en particulier. Ceux ci ont eu des conséquences pour le bon déroulement de la rentrée : classes surchargées, collègues en compléments de services....

Ces erreurs sont dues à une diminution des sorties sans qualification des élèves de classes de seconde et à une augmentation du taux de passage.
Le Recteur s’est donc félicité de ces effectifs alourdis car « c’était pour la bonne cause » !

Nous avons retenu que quoi qu’il arrive les prévisions fixées au mois de septembre de l’année précédente servent de base sans modification possible.

Les personnels enseignants

Il est à noter que les demandes de mutations ont augmenté cette année.
Nous avons déploré la gestion des postes ECLAIR qui laissent beaucoup de postes vacants et diminuent les possibilités de mutation. Nous avons donc à nouveau rappelé la nécessité de les mettre dans le mouvement académique.

Nous avons souligné les difficultés rencontrées par les TZR (problèmes de remplacement, difficultés mutation, manque de remplaçants...)

État de l’affectation et de l’orientation secondaire et post baccalauréat

Les documents du Rectorat nous donnent les affectations décidées en juin et confondent donc affectations et orientations.

En fait, le Rectorat affiche la gestion des flux sans prendre en compte le nombre d’élèves qui sortent du système scolaire entrant en apprentissage ou bien abandonnant études et formations.

Connaître ces chiffres mettraient en perspective les statistiques sur les affectations et les taux de réussite aux examens.

Ces données démontrent que la réforme du lycée ne remplit pas les objectifs qu’elle devait atteindre lors de sa mise en œuvre : on constate le renforcement de la série S plutôt que le rééquilibrage attendu, on voit les filières technologiques au mieux stagner, au pire décroître...

Résultats aux examens

La FSU a souligné la nécessité de revoir l’organisation du bac en LV dès cette année scolaire, de prendre en compte le travail fourni jusqu’alors gratuitement par les enseignants et de cadrer les épreuves dans un souci d’égalité entre les candidats et de bonne marche des établissements.