Le Comité Technique Académique s’est tenu le 7 juin.

La FSU a lu la déclaration ci-dessous :

déclaration FSU

Le vœu suivant a été voté à l’unanimité des organisations syndicales :

« Dans les écoles et les établissements, des personnels en Contrats Uniques d’Insertion assument des tâches indispensables au bon fonctionnement du service public d’éducation.
Dans le premier degré, ils sont chargés de l’accompagnement des élèves handicapés et de l’aide au fonctionnement des écoles. Dans le second degré ils exécutent de fait l’ensemble des tâches dévolues aux ATOSS ou aux AED.
De nombreux contrats se terminent le 30 juin ou le 31 août et ne sont pas renouvelables ayant atteint la durée maximale possible dans le cadre de ces contrats, d’autres ont été annoncés « non renouvelables ».
En attendant que des emplois publics, pérennes soient créés pour ces différentes missions, nous exigeons qu’une solution d’urgence soit trouvée afin que ces personnels précaires ne se retrouvent pas à nouveau au chômage. »

La Rectrice en réponses aux déclarations des différentes organisations a fait un point d’actualité. Elle a déclaré que les annonces du Ministère devraient arriver rapidement, pour travailler à l’amélioration des conditions de la rentrée.

POSTES D’AED

Un redéploiement des postes d’AED a été annoncé.

Postes d’AED supprimés

Par rapport au pré projet, beaucoup de suppressions de postes ont été annulées. La Rectrice a évoqué un nouveau contingent qui devrait permettre des créations. Aucune précision supplémentaire n’a été donnée sur ce contingent !

30 postes équivalents temps plein de remplacement sont prévus.

Le SNES a déploré qu’il n’y ait que redéploiement de postes et pas de possibilité de créations de postes pour l’instant. Il a demandé la tenue d’un groupe de travail sur les critères d’attribution de postes d’AED à la rentrée prochaine.

ENQUÊTES ADMINISTRATIVES

Le SNES a évoqué les soucis rencontrés actuellement dans quelques établissements. Des questions se posent au sujet des inspections vie scolaire dans les établissements en crise. Les problèmes sont importants ! Ces opérations ne surviennent que quand la situation est dégradée…

L’organisation de ces inspections pose de sérieux problèmes aux équipes – ce qui est loin d’améliorer les problèmes. Le SNES a demandé quel protocole était employé pour ces enquêtes. Les équipes y placent de grand espoir : elles espèrent un regard neutre et elles déchantent très vite ensuite. En effet, certaines équipes ont été très inquiètes de voir arriver un personnel supérieur soupçonné de connivence avec le chef d’établissement. Les situations de certains établissements sont très préoccupantes. Aucun Compte rendu de ces enquêtes n’est fait. Ces opérations laissent les collègues très désemparés.

La Rectrice a répondu qu’il n’y avait pas de protocole établi et que ce travail était de la responsabilité de l’inspecteur chargé de l’enquête. Selon elle, le malentendu vient du fait que la personne envoyée connait le chef d’établissement car l’académie est petite. Ces enquêtes n’ont pas pour objectif de résoudre le problème mais de faire l’état des lieux de la situation.

FONDS SOCIAUX

Dans le cadre des budgets opérationnels, la DEGESCO n’a pas donne de crédits fonctionnels pour les fonds sociaux. La situation sera revue après le 1er semestre. Nous sommes donc en attente.

FORMATION DES ENSEIGNANTS

La nouvelle liste des supports pour les stagiaires a été distribuée.

support FSTG

La Rectrice a expliqué que pour les stagiaires, il devrait y avoir l’annonce d’un allégement de service à 15 heures et qu’elle est en attente de la notification officielle.

Le SNES a demandé nationalement une décharge d’au moins 6 heures dans le cadre d’un plan d’urgence.

Le Rectorat a commencé à rechercher des supports de 15h. Dans beaucoup d’établissements, les stagiaires seront affectés sur des supports de 18h.

Le SNES a annoncé sa crainte que les trois heures de différences soient imposées en heures supplémentaires aux collègues !

Le SNES a sinon rappelé qu’il fallait éviter toutes les affectations sur 2 établissements.

Une enquête a sinon été faite auprès des FSTG de cette année scolaire par le Rectorat. Ce bilan est très éloquent puisque tous les stagiaires montrent leur complète insatisfaction devant l’absence de formation. Ce sujet a à peine pu être abordé, l’administration se refusant à dialoguer.