8 juin 2013

COLLÈGES/LYCÉES

Des lycées généraux et technologiques sous haute tension !

Une fois de plus, la rentrée prochaine sera marquée par son cortège de suppressions de postes, de classes et de filières. Des dotations horaires presque partout en baisse et 36 postes supprimés sur les lycées de l’académie, alors que, globalement, le nombre d’élèves augmente de près de 200. Les lycées Briand à Evreux et Dumezil à Vernon sont particulièrement touchés. La classe préparatoire du lycée Senghor à Evreux ferme…
Pour la première fois, le Rectorat a affiché officiellement le calibrage des classes à 35 élèves pour maintenir, ou pas, une classe : résultat, les fermetures de 2nde sont nombreuses.

Les effets délétères de la réforme Chatel

Force est de constater que la réforme du lycée a engendré une dégradation des conditions de travail tant pour les enseignants que pour les élèves :
-  L’enveloppe horaire prévue pour les dédoublements de classe place les disciplines en concurrence et prive, de fait, beaucoup d’entre nous de la possibilité d’enseigner face à des effectifs réduits.
-  Prises aux horaires disciplinaires, l’accompagnement personnalisé est en réalité une mosaïque de dispositifs très divers qui ne permet pas l’aide personnelle promise.
-  Les enseignements d’exploration, à 1h30 par semaine, ne permettent pas aux élèves d’appréhender véritablement de nouveaux enseignements ou de nouvelles méthodes.
-  Les horaires disciplinaires réduits ne permettent pas de traiter complètement des programmes souvent pléthoriques, parfois incohérents. L’histoire-géographie, désormais rétablie en Tale S, est à ce titre emblématique de tous ces errements. Que penser, en effet, du maintien d’un programme, même allégé, considéré par tous comme infaisable ?
-  A la faveur des regroupements dans les enseignements de tronc commun, les heures de chaire sont remises en cause et les majorations de service pour faibles effectifs se multiplient. Les services s’en trouvent mécaniquement alourdis sans augmentation de salaire.
-  La voie technologique est sacrifiée. Les enseignements ont perdu leurs caractéristiques et se rapprochent davantage de ceux des filières générales. STI2D ou S ? STMG ou ES ? Bien difficile parfois de faire la distinction … La STI2D, série autrefois industrielle, s’enfonce ainsi dans la crise de recrutement et ce qu’il faut bien appeler une crise d’identité.

Le Bac version 2013 : une vraie galère !

Les épreuves terminales du baccalauréat approchent, et rappellent à quel point la réforme du lycée a aussi perturbé les conditions d’enseignement, les programmes disciplinaires, et parfois les épreuves.
A l’occasion de cette session 2013 du baccalauréat, le SNES-FSU propose plusieurs actions concernant différentes disciplines, dont le but est d’alerter et de mobiliser les collègues, et de faire pression pour que de vrais changements soient enfin mis en œuvre dès la rentrée 2013.

- en Philosophie, les collègues sont invités, lors des commissions d’harmonisation, à diffuser une lettre ouverte au ministre demandant le rétablissement du cadre national des dédoublements, notamment en philosophie.
http://www.snes.edu/Mobilisation-des-professeurs-de.html ;

- en Histoire-Géographie, les collègues sont invités à lire une déclaration au sujet des programmes et des épreuves lors des commissions d’harmonisation. https://www.snes.edu/Bac-2013-en-histoire-geo-etat-des.html ;

- enfin, une action dénonçant les conséquences du contrôle en cours de formation (CCF), notamment en langues vivantes cette année, sera proposée dans les jurys..
Sur le bac et les LV : https://www.snes.edu/-Actualites,2963-.html

Par ailleurs, tous les enjeux des épreuves du baccalauréat, et les textes encadrant cette session, ainsi que le décryptage de l’intox du bac à 1,5 milliards d’euros sont disponibles : https://www.snes.edu/-Le-baccalaureat,3924-.html

Claire Guéville, en charge des questions lycée