Le dernier groupe de travail ministériel sur l’actualisation de la circulaire de missions s’est tenu le 19 juin. Le SNES-FSU se félicite des améliorations apportées, auxquelles il a largement contribué.

La nouvelle circulaire de missions se précise...

Notre identité éducative comme le travail avec les équipes pédagogiques sortent renforcés de ces discussions. Chercher les meilleures conditions de vie et d’épanouissement des élèves comme leur réussite sont des objectifs ambitieux affichés dans le texte.

Le positionnement du CPE en tant que personnel éducatif, concepteur de son activité, est enfin affirmé !

L’organisation et l’animation de l’équipe de vie scolaire, la contribution à la qualité du climat scolaire font aussi du CPE un acteur de premier plan.

L’appropriation des règles de vie collective, la préparation à l’exercice de la citoyenneté, à l’autonomie, l’insertion dans la vie sociale et professionnelle ainsi que, le suivi des élèves, la relation avec les familles, la lutte contre l’absentéisme et le décrochage ne sont pas oubliées.

Le SNES-FSU, par ses nombreux amendements, a fortement contribué à l’enrichissement du texte qui devrait aboutir à une nouvelle circulaire de missions après les arbitrages ministériels.

La revalorisation de l’indemnité forfaitaire confirmée...

Le ministère a acté une revalorisation indemnitaire à compter de la rentrée 2015 en alignant l’indeminité forfaitaire des CPE sur la part fixe de l’ISOE des enseignants, soit 95 € de plus par an. Cette augmentation assez symbolique répond néanmoins à une revendication du SNES-FSU qui vise à rapprocher les carrières des CPE de celles des certifiés. L’augmentation du nombre de promotions à la hors classe obtenue dès 2013 procède de la même logique. Ces deux avancées sont le résultat de l’action syndicale.

Mais on est loin du compte...

Loin de se satisfaire de ces mesures absolument insuffisantes, le SNES-FSU a fait d’autres propositions sous forme d’une bonification indiciaire en fonction du nombre d’élèves à suivre. L’agrégation ou son équivalent sont également revendiquées comme nouvelle perspective de carrière. Ces demandes s’inscrivent en plus de l’indispensable augmentation du point d’indice pour tous.

Le temps de travail, un enjeu majeur...

La question du temps de travail a été l’objet d’une vive discussion. Le SNES-FSU a demandé la mention du cycle de travail hebdomadaire de 35 heures, dans la nouvelle circulaire , le ministère semble vouloir répondre à cette attente.
La proposition ministérielle de transformer la semaine dite de petites vacances en forfait pour compenser les dépassements hebdomadaires ne doit en aucun cas être un prétexte à un alourdissement du temps de travail hebdomadaire.

Le SNES-FSU demande la poursuite des discussions sur ce point comme sur ceux de la revalorisation et des conditions de travail. Nous continuerons à informer et consulter les collègues.