A l’occasion de la journée nationale du 20 mai contre l’actuelle réforme de la formation des maîtres appelée par les syndicats de la FSU (SNEP, SNES, SNESUP, SNUEP, SNUIPP), l’UNEF et l’UNEL, le Secrétaire Général, le DRRH et le directeur du cabinet du Recteur ont reçu les organisations syndicales. La FCPE, le SGEN-CFDT, le SNFOLC et SUD Education se sont associés à l’audience du 20 mai et au groupe de travail du 21 mai.

Nous avons rappelé notre rejet d’une telle réforme qui est irrespectueuse de nos métiers et des élèves. Force est de constater la résignation et l’aveu d’impuissance de l’administration et des corps d’inspections. A chacune de nos interpellations et mises en garde sur la dangerosité de cette réforme, leurs propos se résument ainsi : « Nous avons bien conscience de la situation mais maintenant nous devons faire pour le mieux avec la situation qui nous est imposée ».
On peut dire que nos interlocuteurs font preuve d’une certaine honnêteté sur le constat mais démontrent en même temps le caractère précipité et irresponsable de cette réforme.

Nous avons réitéré nos inquiétudes et dénoncé ce dispositif qui risque de propulser dans une véritable détresse professionnelle nos collègues débutants.

Nous avons demandé la mise à jour de la liste évolutive des supports destinés au 177 fonctionnaires stagiaires entrant dans l’académie :

- Il reste encore 19 stagiaires affectés sur deux établissements et quelques établissements classés APV en LP. La liste est consultable sur le site.

Nous avons découvert que :

- Certains stagiaires affectés sur des BMP de 15h ou 16h seront obligés d’assurer la totalité de leur service dès la rentrée. Ils devront donc d’emblée travailler plus que leurs collègues tout en étant moins formés. Un comble !
Pour eux pas de demi service ni en septembre-octobre ni en mars mais une seule journée de formation par semaine. Cette décision est non seulement irresponsable mais introduit des différences entre stagiaires. L’annualisation du temps de service justifie de fait une inégalité de traitement et de formation.

- Sur 50 collègues partant à la retraite durant les premiers mois de l’année scolaire et dont les postes sont réservés comme supports pour les stagiaires, 30 devront rester dans leurs établissements pour y assurer les replacements de 9h de service déchargé alors que 20 autres seront affectés dans un « établissement voisin » !!!

- Le cahier des charges des tuteurs comme celui des formateurs IUFM ne sont toujours pas clairement définis à trois mois de leur mise en oeuvre.

- Contrairement à toutes les préconisations pédagogiques, les modalités d’évaluation des stagiaires ne sont pas encore définies…