Inscriptions aux concours internes

Il est vivement recommandé de ne pas attendre les derniers jours pour vous inscrire.

- Les serveurs académiques d’inscription aux concours internes des différentes disciplines et aux concours de conseillers d’orientation psychologues sont ouverts du jeudi 15 septembre 2011, à partir de 12 heures, au jeudi 27 octobre 2011 avant 17 heures, heures de Paris.

Renseignements et accès aux serveurs sur le site SIAC 2 de l’Education Nationale.

Nouvelles modalités des concours internes : épreuves de l’admissibilité

- Une épreuve de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) à certains concours internes du second degré est introduites à compter de la prochaine session 2012.
Pour connaître la liste des concours concernés, consultez le site SIAC 2 de l’Education nationale.

- Le dossier doit être établi conformément aux modalités décrites dans l’arrêté du 27 avril 2011.

« A. ― Epreuve d’admissibilité

Epreuve de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (coefficient 1).
Le dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle comporte deux parties.

Dans une première partie (2 pages dactylographiées maximum), le candidat décrit les responsabilités qui lui ont été confiées dans les domaines de l’éducation et de la vie scolaire durant les différentes étapes de son parcours professionnel.

Dans une seconde partie (6 pages dactylographiées maximum), le candidat développe plus particulièrement, à partir d’une analyse précise et parmi les situations d’éducation observées en collège ou en lycée, l’expérience qui lui paraît la plus significative dans sa contribution au fonctionnement de l’établissement scolaire, à sa collaboration avec les personnels enseignants et les autres personnels et à l’action éducative.

Cette analyse devra mettre en évidence les actions conduites, les objectifs, les résultats, les contraintes et, plus largement, les problématiques rencontrées dans le cadre de la situation décrite.

Chacune des parties devra être dactylographiée en Arial 11, interligne simple, sur papier de format 21 × 29,7 cm et être ainsi présentée :

― dimension des marges :

― droite et gauche : 2,5 cm ;

― à partir du bord (en-tête et pied de page) : 1,25 cm ;

― sans retrait en début de paragraphe.

A son dossier, le candidat joint, sur support papier, un ou deux exemples de documents ou de travaux réalisés dans le cadre de la situation décrite et qu’il juge utile de porter à la connaissance du jury.
L’authenticité des éléments dont il est fait état dans la seconde partie du dossier doit être attestée par le chef d’établissement auprès duquel le candidat exerce ou a exercé les fonctions décrites.

Les critères d’appréciation du jury porteront sur :

― la pertinence du choix de la situation décrite ;

― la maîtrise des enjeux éducatifs de l’activité décrite ;

― la structuration du propos ;

― la prise de recul dans l’analyse de la situation exposée ;

― la justification argumentée des choix et des modalités d’action ;

― ll’aptitude du candidat à se situer dans un environnement professionnel dans le contexte d’un établissement d’enseignement du second degré ;

― la qualité de l’expression et la maîtrise de l’orthographe et de la syntaxe.
Coefficient 1.

B. ― Epreuve orale d’admission

Analyse d’une situation d’éducation dans un établissement scolaire du second degré ou de documents de nature professionnelle. Cette épreuve comporte un exposé suivi d’un entretien avec le jury. Elle prend appui sur un dossier proposé par le jury, en rapport avec des problèmes d’éducation et de vie scolaire dans les établissements du second degré.
Durée de la préparation : deux heures ; durée de l’épreuve : une heure (exposé : vingt minutes maximum ; entretien : quarante minutes maximum) ; coefficient : 2.
Dix minutes maximum pourront être réservées, lors de l’entretien, à un échange sur le dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle qui reste, à cet effet, à la disposition du jury.
L’épreuve du concours fait appel à des connaissances s’inscrivant notamment dans le cadre d’une bibliographie publiée au Bulletin officiel de l’éducation nationale et renouvelable partiellement chaque année.
La maîtrise de la langue est prise en compte dans la notation de l’épreuve.