Jeudi 3 décembre, à l’appel de la section académique de Rouen, se sont réunis environ 70 collègues, représentant presque la moitié des collèges de l’Académie. La journée était consacrée à la réforme du collège et devait permettre aux collègues de continuer à s’informer et de réfléchir aux suites des actions à mener pour obtenir l’abrogation.

C’est peu de dire que la journée fut intense ! Les échanges autour des situations et des actions dans chaque établissement (refus de proposer des EPI, boycott du conseil pédagogique, diffusions de tracts aux parents d’élèves, motions en CA…) ont été fructueux et ont contribué à rappeler, si l’on en doutait encore, que partout, la réforme est rejetée par les enseignants et les parents d’élèves. L’opération GrainS de Sable rencontre sur le terrain une forte adhésion des collègues, prêts à empêcher par tous les moyens cette réforme d’être mise en œuvre. Vous trouverez sur notre site le panorama de la mobilisation.

Un temps a également été consacré à des précisions réglementaires, sur l’organisation des EPI ou de l’AP, sur l’organisation des enseignements par cycles, sur les DHG à venir ou sur les euros et les bilangues – dont seulement 5 survivront dans l’ensemble de l’Académie à la rentrée 2016.

Enfin, la question de l’action a bien évidemment occupé une grande partie de l’après-midi : de suggestions originales en propositions plus sérieuses, tous les moyens sont bons s’ils permettent d’obtenir l’abrogation de la réforme ! Ainsi, les collègues ont décidé d’investir les journées de formation-formatage pour y poser les questions qui fâchent et y faire entendre leur opposition. La section académique fournira évidemment du matériel aux collègues pour les y aider (badges, tracts…). Par ailleurs, beaucoup d’autres actions locales ont été envisagées (stands d’information dans les centres villes, interpellations d’élus, actions médiatiques…), l’idée étant à la fois de maintenir la pression dans les collèges et d’occuper la scène médiatique.

Cette journée a bien atteint son but : permettre aux collègues, parfois isolés, de se rencontrer et de faire converger leurs actions, de venir s’informer et de repartir avec de nouvelles idées, de retrouver de l’énergie aussi pour continuer à agir sur le terrain. Chaque participant a donc regagné son établissement, bien déterminé à construire et à réussir la mobilisation du mardi 26 janvier !