31 mai 2016

COLLÈGES/LYCÉES

La fin du redoublement : quand la gestion de flux prend le pas sur tout le reste !

Le redoublement devient donc l’exception et seules les familles peuvent le proposer. Une fois encore, l’Education Nationale se défausse... Alors que que tous les dispositifs supposément prévus actuellement (AP, stages de remise à niveau...) pour pallier la difficulté scolaire font la preuve au quotidien de leur échec ou de leur dévoiement, le Ministère supprime la possibilité pour le conseil de classe de prononcer une décision de redoublement mais ne prévoit rien pour prendre en charge les élèves qui auraient accumulé les lacunes ou les retards d’apprentissage ! Le redoublement n’est certes pas une panacée mais faire comme si les difficultés scolaires n’existaient pas relève de la faute. C’est une politique à courte vue de gestion de flux... Au mépris de toute considération pédagogique !

Les conditions de redoublement en fin de seconde générale et technologique sont modifiées à partir de cette année.
Désormais, le redoublement doit être « exceptionnel ». Le décret n° 2014-1377 du 18-11-2014 précise que le redoublement ne peut être proposé que pour « pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires ». Dans tous les autres cas, le conseil de classe ne pourra plus proposer un redoublement à un élève en difficulté. Seule sa famille pourra le demander si l’orientation proposée ne lui convient pas.
Certes le redoublement n’est pas toujours efficace et peut parfois être ressenti comme un échec par l’élève, mais sa suppression sans dispositif de substitution accentuera le décrochage des élèves déjà en difficulté. En effet, le ministère n’a rien prévu d’autre que de réactiver des « stages de remise à niveau » : un élève devra ainsi rattraper en deux semaines ce qu’il n’a pas réussi à acquérir en dix mois de cours, voire au collège…
Par ailleurs, la suppression du redoublement en fin de seconde va renforcer la hiérarchisation des voies et des séries du lycée : les élèves les plus en difficulté risquent d’être le plus souvent orientés vers une série de la voie technologique ou professionnelle que souvent ils n’auront pas choisie. Belle revalorisation de ces filières ! Rappelons que l’objectif affiché de la réforme Chatel du lycée était pourtant de lutter contre la hiérarchisation des voies et des séries du lycée !
Pour le Snes-FSU, les moyens « économisés » par la suppression du redoublement dans les établissements doivent être réinjectés afin que les enseignants aient la possibilité de mieux prendre en charge les élèves les plus en difficulté. Ce n’est malheureusement pas le choix qui a été fait, au vu des DHG des lycées pour la rentrée 2016.

Afin de limiter les effets néfastes de ces nouvelles dispositions, le Snes FSU vous propose les modalités d’actions suivantes :

► En amont du conseil de classe :
- si vous estimez qu’un redoublement serait bénéfique à un élève, indiquer dans votre appréciation "N’a pas le niveau en (préciser la discipline) pour suivre en première", le dire à l’élève et, le cas échéant, à la famille ;
- faire le point avec le PP sur les voeux des élèves ;
- aller voir la direction pour savoir comment se répartissent les voeux des élèves au sein des secondes (combien de voeux 1 dans chaque série ?) ;

► Pendant le conseil de classe :
- intervenir en début de conseil pour expliquer aux élèves et aux parents les problèmes que pose ce nouveau texte ;
- si nécessaire, utiliser la case "observations" pour noter que l’élève n’a pas le niveau pour suivre en première ;
- si vous pensez qu’un élève réussira mieux dans la voie professionnelle, utiliser la case qui permet de donner ce conseil et le cas échéant préciser que c’est le maintien en seconde pro qui est conseillé ;
- dès lors que vous considérez que l’élève n’a pas le niveau pour passer en première, refuser de continuer à discuter du choix de série à faire mais interroger le chef d’établissement sur son choix et les raisons qui le poussent à le faire ;

► Après le conseil de classe :
- Demander un bilan (comparatif/voeux des élèves) des choix de série prononcés par le chef d’établissement, notamment pour les élèves dont le conseil avait déconseillé le passage en première ;
- Faire remonter au Snes académique un bilan des décisions de conseil de classe dans votre établissement ainsi que toutes les difficultés que vous pourriez rencontrer (rouen@snes.edu).