La FSU a tout d’abord dénoncé les inéquités entre les établissements concernant le paiement des Heures de Coordination et de Synthèse. Le Rectorat s’est engagé à recadrer les pratiques diverses en envoyant des recommandations aux chefs d’établissement.

Le Rectorat a ensuite affirmé que les critères pour l’affectation des élèves en 6° SEGPA n’avaient pas changé. La FSU a alors fait remarquer qu’à partir du moment où le redoublement n’était pratiquement plus possible en primaire, cela tarissait de fait le recrutement en 6° SEGPA. Une manière peu subtile de laisser ces classes ouvertes, sans pour autant en assurer le recrutement !

A la demande de la FSU concernant la formation des enseignants intervenant en SEGPA et en ULIS, le Rectorat a répondu qu’une formation avait lieu la première année lors de l’ouverture de l’ULIS (4 demi-journées !). C’est bien peu pour des élèves à besoins particuliers !

Le rectorat n’a pas su nous répondre concernant les vacances de postes de directeurs de SEGPA, voire leur non-existence dans de nombreux collèges de l’Eure. A en croire le Rectorat, cette carence est davantage due à un défaut de candidats qu’à une volonté académique : c’est difficile à croire quand on sait que dans beaucoup de collèges, le poste n’existe même pas.

La FSU a également fermement dénoncé les conditions d’inclusion des élèves d’ULIS : comment les accueillir correctement quand les classes ont déjà 28 ou 29 élèves ? Là-dessus, le Rectorat a peu de réponses à apporter.

Enfin, la FSU a évoqué les soucis engendrés par les fermetures et les déplacements de Formations Qualifiantes vers les LP. Le Rectorat reste déterminé à fermer au moins la moitié des FQ dans un plan triennal.