3 mars 2016

COLLÈGES/LYCÉES

La stratégie des langues de Najat Vallaud-Belkacem : une stratégie marketing !

Le ministère a publié récemment un article que l’on pourrait qualifier de provocateur définissant la diversité linguistique sur le territoire comme l’objectif principal de la ministre. Alors qu’elle y cite Goethe : "Celui qui ne connaît pas les langues étrangères ne connaît rien de sa propre langue", il semble que de son côté il s’agisse des chiffres dont elle ignore tout !

Les chiffres donnés pour la rentrée 2016 sur le site du ministère semblent en effet en contradiction avec les chiffres annoncés par le Rectorat de Rouen le 20 janvier dernier :

Selon le Ministère sur le site eduscol.fr ...Selon le SNES après Comité Technique Académique ....
50 bilangues (dont 15 en REP/REP+) 42 bilangues sur 143 cette année (dont 14 en REP/REP+)
...dont 40 bilangues allemand ...dont 35 bilangues allemand
56 écoles primaires proposant une LV autre que l’anglais (soit 23 de plus qu’en 2015) -1 seule dans le 27 (selon DSDEN 27)-Pas de chiffres pour le 76
….dont 49 proposant l’allemand (soit 22 de plus) 1 seule dans le 27 (selon la DSDEN 27)-Pas de chiffres pour le 76

Dans le 27, une seule bilangue espagnol sera maintenue et dans le 76 : 1 bilangue russe, 2 bilangues portuguais et 3 bilangues espagnol.
Au niveau national, c’est 70% des bilangues qui seront maintenues (un pourcentage bien supérieur pour Paris et sa banlieue) et à peine plus d’1/4 dans notre académie : nous sommes donc loin d’une « diversité linguistique équitablement répartie » sur le territoire comme le promet notre ministre !

L’article en question oublie cependant de mentionner certains points :
- Combien d’heures seront allouées au fonctionnement de ces bilangues ? Comment seront financées ces bilangues ?
Le Rectorat a répondu que dans l’académie, 2H seraient à prendre sur l’enveloppe globale.
- Les enseignants devront-ils enseigner en primaire ?
- Qu’en sera-t-il à la rentrée 2017 ?
Visiblement dans l’académie, elles seront maintenues uniquement sous condition de l’enseignement de la langue en primaire. Il s’agira cependant dès la 5e de 3h en anglais et 2,5h en LV2...pas tout à fait une bilangue donc !

L’article oublie surtout de mentionner la suppression de TOUTES les sections européennes !

Un effet d’annonce donc mais des informations bien loin de la réalité de terrain. Mais s’il faut trouver de quoi se réjouir, on peut se rassurer que Madame la Ministre ait enfin pris conscience de la mixité sociale que les sections permettaient alors qu’elle les accusait d’être élitistes il y a quelques mois encore...