14 septembre 2015

CATÉGORIES

Le CPE, enfin reconnu comme concepteur de son métier !

La nouvelle circulaire de missions des CPE vient d’être publiée après deux ans de discussions et d’attente. Elle a pris effet à la rentrée 2015.

LE CPE CONCEPTEUR DE SON ACTIVITE

La nouvelle circulaire de missions a enfin été publiée au BO du 27 août.
Le SNES-FSU a joué tout son rôle de syndicat majoritaire en œuvrant à valoriser les dimensions éducatives et pédagogiques du métier. L’obtention de la mise en cohérence des missions avec le référentiel de compétences, et l’ancrage de l’action des CPE au cœur de la vie scolaire des élèves pour leur suivi éducatif et pédagogique sont autant d’avancées pour le métier.
Dans ce cadre, le SNES-FSU a obtenu que le CPE, cadre A, soit, enfin, reconnu comme « concepteur de son activité » ! Le fait que cela soit enfin mentionné clairement est un grand pas pour l’affirmation de notre autonomie professionnelle.

UNE DEFINITION HEBDOMADAIRE DU SERVICE

A notre demande, une quatrième partie porte sur le temps de travail, les IMP et les astreintes.
La mention des « 35 heures inscrites dans l’emploi du temps des CPE » est enfin explicite ! C’est un point d’appui important mais pour le SNES-FSU, la bataille revendicative continue notamment pour la prise en compte des dépassements (1). Nous avons aussi demandé la suppression sans contrepartie de la semaine dite de « petites vacances » mais le ministère n’a pas souhaité remettre en cause les 39 semaines. Nous allons poursuivre les interventions sur ces deux points dans les mois qui viennent.

Il est à noter que le régime des astreintes pour les personnels logés par NAS (Nécessité absolue de service) est re-précisé. Sans être spécifique aux CPE, il s’applique de manière égale à tous les personnels dans cette situation. La récupération des interventions avec « un coefficient multiplicateur de 1.5 » est rappelée.

FAVORISER LA STABILITE ET PERMETTRE LES INITIATIVES

Si ce texte peut porter un coup d’arrêt à un certain nombre de dérives, toutes les tensions ne seront pas gommées : urgence du quotidien, charge de travail excessive, délégation de tâches, limitation de l’initiative...
Le SNES-FSU sera donc aux côtés des collègues pour faire respecter notre identité professionnelle et nos droits.
Notre métier, bien qu’en redéfinition permanente, a besoin de stabilité. Cette circulaire peut y contribuer en étant à la fois protectrice et en permettant à chacun d’y trouver les espaces d’initiative pour inscrire son activité dans l’école et la société d’aujourd’hui...

A suivre...

Jean-Marie Barbazanges, Loranne Guignes, Marine Thomas, Fabrice Turquer