Le SNES-FSU a été reçu en audience au Rectorat ce lundi 9 février au sujet de l’organisation de la session 2015 du bac. Le bac, diplôme national, devrait aussi l’être dans les modalités de son organisation et force est de constater que ce n’est toujours pas le cas...

Epreuves locales

La multiplication des épreuves renvoyées aux aléas du local menace de fait le caractère national du diplôme et engendre des inégalités de traitement entre les candidats difficilement acceptable. C’est pourquoi le SNES-FSU a insisté sur la nécessité d’un cadrage académique suffisant vu l’indigence du cadrage national, en particulier pour les épreuves de langues vivantes et de TPE. Examinateurs qui interrogent leurs propres élèves, l’anonymat de copies souvent empêché, banques de sujets inaccessibles et/ou inopérantes . Plus précisément, nous avons aussi demandé à ce que le cadrage académique des épreuves de TPE soit réellement respecté dans les établissements. Nous avons aussi soulevé le problème de la mise en place des évaluations des capacités expérimentales (ECE), dont le cadrage national est certes amélioré cette année avec l’allègement du principe de la charte de confidentialité. Le problème du délai entre la communication du dossier préparatoire et celle des sujets demeure. le SNES-FSU a dénoncé la non-reconnaissance de la charge de travail que représente la mise en place des épreuves locales et la désorganisation des établissements que cela engendre. Nous avons réaffirmé notre revendication d’épreuves terminales et nationales.

Certifications privées

le SNES-FSU a rappelé que ce n’était pas dans les obligations de service et du même coup, toute convocation , quelle que soit sa présentation, n’avait aucun caractère contraignant. Nous avons exigé de l’administration qu’elle lève toutes les ambigüités en la matière.

Laïcité

le SNES-FSU a rappelé son souci de voir retirer tout signe religieux dans les centres d’examen. En effet, il y a déjà eu des infractions de ce type dans certains établissements privés les années passées.

Convocations

Pour ce qui concerne l’organisation matérielle des épreuves, le Rectorat a assuré que les convocations seraient communiquées bien à l’avance, pas comme l’année dernière... Il a été garanti que chaque correcteur serait déchargé de tout cours, collège compris, pendant la période de correction. Autre information, les sujets d’épreuves de langue en terminale L seront désormais dématérialisés. Cependant, faute de vivier, le Rectorat dit ne pas pouvoir éviter les cumuls de convocation (BTS et Bac).

Rémunérations

A l’exception des TPE que le Rectorat dit déjà rémunérer, il n’a pas été possible d’avoir des engagements sur le rémunérations des examinateurs et correcteurs pour les épreuves locales (ECA, CCF). Les épreuves de spécialité en SES ne seront toujours pas rémunérées, a maintenu le Rectorat. Pour le reste, le flou demeure et nous avons donc demandé que soit établi un tableau récapitulatif des indemnisations par épreuves pour que les choses soient clairement établies. Il a été d’ailleurs précisé que désormais les HSE seraient impérativement réservées aux activités face aux élèves, et que la rémunération en interne d’épreuves de tout type par ce biais ne serait plus possible.