Actuellement en poste dans un établissement del’Eure, je constate depuis septembre le manque d’informations et de formation à notre égard.

Titulaire d’un master et contractuel depuis 3 ans (la plupart du temps à temps complet), je suis passé de 18h par semaine l’année dernière à 6h semaine cette année, sans que l’on puisse m’offrir plus d’heures que ce tiers-temps.

Un service qui ne correspond pas à mes besoins

Quand j’ai appris que mon établissement avait besoin de professeurs en plus pour assurer l’aide aux devoirs auprès des élèves, je n’ai pas hésité à tout de suite me faire connaître pour enrichir mon expérience mais aussi compléter mon faible salaire. Le principal adjoint de mon établissement m’a alors montré une note stipulant qu’aucun contractuel-admissible issu du concours exceptionnel ne peut pourvoir ces heures supplémentaires ! Donc, je suis dans l’obligation de rester à tiers-temps pendant toute une année scolaire et la moindre heure supplémentaire m’est totalement interdite ! Je vous laisse imaginer ma stupeur quand j’ai appris cette nouvelle et la colère qui l’accompagnait...

J’aime ce travail et l’on m’interdit clairement de le faire ! Inutile de vous préciser qu’avec un si bas salaire, je remercie tous les jours mon conjoint de m’aider à vivre car si les services chômage des académies vous indiquent que vous toucherez des indemnisations, ils vous précisent qu’elles seront versées deux mois après que vous en ayez fait la demande ! Pour résumer, 650 euros par mois jusqu’à décembre, et ensuite on croise les doigts pour que les compléments arrivent...

La formation et la préparation au concours

Parlons rapidement de la partie formation à l’université/ESPE... Je dois avouer qu’à l’heure actuelle, je ne sais toujours pas si c’est l’université ou les ESPE qui sont censées nous former et surtout à quoi ! Aucun nom de référent ou de formateur principal, je tâtonne, je cherche, je me débrouille ! Les ESPE nous ont demandé d’attendre jusqu’à mi-septembre pour que les formations se mettent soi-disant en place. Lorsque, enfin, le 20 septembre, j’ai réussi à obtenir (après 2 jours de lutte acharnée et quelques dizaines d’appels) mon emploi du temps pour les contractuels-admissibles 2014 A, j’ai eu la stupeur de constater que les cours avaient déjà commencé depuis 2 semaines. Or, la plupart des cours proposés pour ce 1er trimestre, sont des cours groupés avec les M1 ou les M2, ne correspondant pas du tout à une préparation à l’oral. Les seuls cours pour l’oral sont prévus pour novembre et décembre, avec en tout et pour tout 1 cours de 3h pour chaque matière...

Je passe sur le fait que l’emploi du temps récupéré était bourré de fautes entre les mauvais horaires, les mauvaises salles, les cours à l’ESPE qui se passent en fait à l’université et vice-versa. Sans oublier, qu’on sent clairement qu’université et ESPE ne communiquent absolument pas et ne nous aideront surtout pas à y voir plus clair ! Pour l’instant, je n’ai croisé aucun autre admissible de ma matière et j’essaie de ne pas perdre mon temps en allant à des cours de M1.

Des interrogations et si peu de réponses

Tellement de questions me viennent à l’esprit : allons-nous être préparés à l’oral avec une révision totale des connaissances à savoir ? Allons-nous juste passer des oraux blancs ? Devons-nous travailler par nous même ?
Et surtout j’ai la sensation que les formateurs oublient une chose : le CAPES change en 2014 pour la prochaine session ; les épreuves orales changent donc aussi. Sauf que nous (nous seuls seulement 20 admissibles dans ma matière pour l’académie), nous passons les tout derniers oraux « ancienne formule » et très théoriques ! Il nous faut donc une préparation personnalisée, sans les autres masters qui sont préparés au CAPES « nouvelle formule » !

J’ai constamment cette impression que personne ne s’en rend compte et j’ai une peur bleue de perdre mon année... Bien sûr, on n’arrête pas de nous dire qu’il y a un poste pour chaque admissible mais on ne se gêne pas aussi pour nous dire qu’ils ne sont pas obligés de prendre tout le monde l’année prochaine si on rate vraiment nos oraux...

Je pense en avoir assez dit sur mon état d’esprit actuel et je passe bien évidemment sur le paiement des frais d’inscription qui m’ont coûté 250 euros après une longue hésitation sur le fait de m’inscrire ou non ! On passera aussi sur l’emploi du temps qui nous a été proposé et qui s’étale sur 3 demi-journées avec des cours allant de 8h30 à 11h30, pour 2 heures de route dans la journée et quasiment 150 kilomètres, et tout ça pour recommencer le lendemain... Sans doute pensent-ils que tout le monde habitent à 5 minutes de la fac...