C’est dès janvier 2016, lorsque nous avons pris connaissance de la dotation allouée à notre établissement pour la rentrée que notre mobilisation a débuté.

Deux courriers signés par plus de 80 collègues du lycée ont été adressés au Rectorat en Février et en Mai derniers. Dans ces courriers, nous demandions à Mme le Recteur de bien vouloir abonder notre DHG (rejetée à deux reprises en CA) afin de nous permettre d’alléger les effectifs en STMG sans affecter les horaires en langues. Nous souhaitions, en effet, que les effectifs ne dépassent pas les 30 élèves par classe pour les premières comme pour les terminales STMG Le Rectorat a fait la sourde oreille.

Alors que la DHG prévoyait trois divisions de premières STMG, la dotation ne permettait que d’en financer 2,5. Le choix était alors fait de prélever des moyens sur les langues vivantes afin de maintenir trois divisions prévues. Il en résultait une augmentation significative des effectifs dans les groupes de langues (plus de 30 élèves). Les deux terminales STMG restaient avec des effectifs de 35 élèves par classe.

Lors d’une heure d’information syndicale le jour de la prérentrée, 60 collègues réunis ont voté la grève pour le lundi 5 septembre et ont demandé une audience au rectorat. Face à notre détermination, notre DHG a été abondée de 15 h, permettant ainsi de financer des dédoublements supplémentaires dans nos deux terminales STMG ainsi que l’heure d’EMC en première et en terminale, heure qui avait été demandée en vain à notre administration en juin dernier.

Nous obtenons ainsi une première victoire même si tous les problèmes ne sont pas réglés. Les dépassements horaires pratiqués jusqu’alors en langues sont menacés alors qu’ils constituent un élément clef de notre attractivité dans un contexte de concurrence avec les lycées de centre ville. Sur le plan des effectifs, la situation demeure problématique en seconde et dans les premières et terminales générales.