12 février 2011

MUTATIONS ET CARRIÈRES

Notation administrative, pas d’entretien professionnel !

Nouveau sujet d’inquiétude et de débats, une évaluation annuelle par entretien individuel avec suppression de la notation vient d’être généralisée dans la Fonction Publique.
C’est le compte rendu littéral de l’entretien qui servira de base pour établir des tableaux d’avancement et pour octroyer des avantages et des pénalités aux agents pour accéder plus ou moins rapidement à l’échelon supérieur, sans garantie commune de carrière.

L’objectif politique formulé dans le discours de N.Sarkozy du 19 septembre 2007 sur la « refondation » de la fonction publique est le suivant : fonder la rémunération et la revalorisation des salaires des fonctionnaires sur cette évaluation individualisée du « mérite » par les supérieurs hiérarchiques les plus « proches », pour mieux évacuer la question de la revalorisation de notre profession.

Pour l’instant cependant, les personnels de l’Education Nationale bénéficie d’un système dérogatoire qui maintient la double évaluation IPR et chef d’établissement et l’existence de la note chiffrée.
Pourtant, certains chefs d’établissement jouent du brouillage lié à la réforme qui concerne les autres fonctionnaires pour initier des procédures managériales illégitimes : ils pratiquent ces entretiens ou font remplir des fiches d’auto-évaluation.

Le SNES vous encourage à les refuser collectivement pour contrer la volonté des chefs d’établissement de s’immiscer dans le domaine pédagogique et préserver la double notation qui, malgré ses insuffisances, évite le règne de l’arbitraire et permet d’être abordée de façon transparente, objective et contrôlable en vue des promotions d’échelon.
N’hésitez pas à contacter la section académique si vous êtes confrontés à ces pratiques dans vos établissements !

Rappelons que la notation administrative repose toujours sur une note encadrée par une grille liée à l’échelon, commune à tous dans un corps, pouvant être revue en CAPA en cas de contestation ou d’harmonisation, et sur un commentaire administratif du chef d’établissement.
Ce n’est pas le cas d’un entretien individuel et d’un rapport.

Les grilles ne sont pas des rigidités superflues, ce sont des cadres collectifs et des garanties. Défendons-les !