La campagne de notation administrative.

Elle est débutée depuis le 2 février 2015.

Cette note est sur 40 pour les certifiés et agrégés, sur 20 pour les CPE et les PEGC, sur 100 pour les AE. Elle est attribuée par le Recteur sur proposition du chef d’établissement.

Celui-ci doit renseigner 3 indications, évaluant ainsi la valeur professionnelle et la manière de servir.

  • la note administrative,
  • les 3 pavés (assiduité/ponctualité, activité/efficacité, autorité/rayonnement),
  • une appréciation littérale.

Cette appréciation littérale ne doit comporter aucune indication liée à la pédagogie (c’est du domaine de l’IA/IPR), ni liée à une position de congé légal (maladie, maternité).

Il n’y a pas d’obligation statutaire pour les enseignants de participer à un entretien individuel. Celui-ci peut être un moment d’échange avec le chef d’établissement ; mais il ne peut en aucun cas être imposé.
Si vous pensez que cet entretien peut mal se passer, demandez à être accompagné par un collègue (syndiqué au SNES-FSU, c’est mieux).

Comment contester la note administrative ?

Si la proposition de note/d’appréciation de votre chef d’établissement ne vous convient pas, commencez par en parler avec lui, accompagné si nécessaire.

Apposer votre signature sur la notice de notation administrative signifie « vu et pris connaissance », et non pas «  lu et approuvé  ».

Si le dialogue n’aboutit pas, vous avez la possibilité de contester la notation :

- sur la notice signée, écrivez « courrier de contestation suit » ;
- adressez un courrier argumenté à Madame le Recteur, par voie hiérarchique ; faites-nous parvenir une copie de ce courrier ;
- le chef d’établissement devra communiquer un courrier de réponse au Rectorat ;
- la contestation sera examinée en Commission Paritaire en présence de représentants syndicaux. Attention, seule la note peut ainsi être réévaluée.

En cas de problème dans un établissement, une conjonction de demandes individuelles peut être un moyen d’action pour dénoncer les dérives managériales de l’équipe de direction.

Les TZR sont particulièrement victimes de progressions lentes, notamment lorsqu’ils sont affectés hors de leur établissement de rattachement ou sur plusieurs établissements. Le chef d’établissement qui note le TZR doit prendre contact avec les chefs des autres établissements dans lequel le TZR exerce. Il ne faut pas hésiter à contester si le chef d’établissement ne prévoit qu’une augmentation de note de 0,1 ou 0,2 .

A lire le supplément évaluation !

Calendrier des Commissions Paritaires examinant les contestations de note :
- agrégés : 23 avril 2015.
- PEGC : 29 mai 2015.
- CPE : 28 mai 2015.
- certifiés : 02 juin 2015.