11 décembre 2015

COLLÈGES/LYCÉES

Préparation de la rentrée : de bien mauvais signes !

Dans la lignée du mépris de la Ministre qui refuse de recevoir l’Intersyndicale opposée à la réforme du collège, le Rectorat de Rouen, les Inspections Académiques et les chefs d’établissement de l’Académie semblent tout se permettre, dédaignant le dialogue avec les enseignants et leurs organisations syndicales représentatives.

Le Comité Technique Ministériel de la semaine prochaine devait donner le coup d’envoi de la préparation de la rentrée 2016. Sans doute davantage préoccupée par les résultats électoraux de dimanche que par le respect du "dialogue social", la Ministre a préféré publier dans la presse les annonces concernant les prétendues créations de postes que d’informer les organisations syndicales pourtant représentatives !

Au niveau académique, le SNES-FSU déplore les mêmes façons de faire. Considérant sans doute que les instances officielles sont une perte de temps et que les organisations syndicales n’ont aucun rôle à jouer dans la préparation de la rentrée, il est de tradition d’informer par oral les chefs d’établissement de leurs DHG. Cette année, c’est encore pire puisque certains conseils d’administrations sont déjà programmés avant même la tenue du CTA et des CSTD ! Il va donc être demandé aux élus (parents, élèves, enseignants...) de voter des répartitions alors même que les enveloppes ne seront pas officiellement connues et fixées ! Quel mépris !

Dernière minute : L’IA 76, suite à nos protestations, a finalement demandé aux chefs d’établissement d’attendre la tenue du CTSD pour programmer leurs CA !

Au niveau des établissements, on constate trop souvent les mêmes dérives : les représentants des personnels doivent user du rapport de force pour obtenir de certains chefs que les règles soient respectées. En CA, il est parfois difficile d’obtenir simplement une modification de l’ordre du jour ou de soumettre une motion au vote, comme si les chefs d’établissement pouvaient modifier d’autorité le code de l’éducation ! D’autres se permettent de donner un avis sur le vote des représentants élus ou même de le leur reprocher !

Dans les collèges, la préparation de la rentrée 2016 s’annonce particulièrement compliquée et bon nombre de chefs d’établissement, sans doute en toute bonne foi, semblent avoir mal compris la réforme ou tentent d’apaiser la colère de la profession en l’aménageant localement, sans respecter les cadres nationaux... Certains méconnaissent également les obligations de service des enseignants et veulent imposer des réunions non obligatoires. D’autres encore, ignorant le droit, confondent « décret » et « loi » et s’appuient sur des arguments juridiques infondés.

Au vu de l’absence de dialogue dans l’Académie et du refus du Rectorat de rappeler les responsabilités de chacun, nul doute que cela ne va pas s’arranger !