A l’heure où la laïcité est, paraît-il, une préoccupation de tous les politiques, les soutiens et les cadeaux faits à l’enseignement privé catholique se multiplient, au détriment permanent de l’enseignement public, laïc et gratuit.

Depuis des mois, la réforme du collège, en supprimant les classes bilangues et les options euros dans les collèges publics, a fait un pont d’or aux collèges privés qui se sont autorisés à conserver ces options, continuant ainsi à vider les établissements publics d’une part non négligeable de leurs élèves. Ainsi, en cette rentrée, on constate dans les collèges que la baisse démographique entraîne une diminution importante d’élèves dans le public alors que les effectifs augmentent dans le privé !

Au CDEN de Seine-Maritime, le même constat a pu être fait : les budgets accordés pour 2017 aux collèges privés sont proportionnellement supérieurs aux dotations des collèges publics, situation que les élus de la FSU ont fermement dénoncée ! Vous pouvez lire notre article ici.

Dans le même temps, Hervé Morin, le président de la région Normandie, sous prétexte de régler un contentieux de la précédente majorité, a remis un joli chèque à l’enseignement privé catholique : c’est en grandes pompes qu’il a ainsi offert 44 millions d’euros début septembre aux représentants de l’enseignement catholique, qui, charitable, a renoncé à réclamer des pénalités de retard !

Non content de cette aumône conséquente, le président de région a envoyé un message à tous les parents de l’enseignement catholique pour leur afficher son soutien et rappeler l’importance qu’il accorde à l’enseignement privé. Dans ce courrier scandaleux, où il insiste sur le fait qu’il n’existe pas de différences entre les lycéens du public et les lycéens du privé, il oublie étonnamment de rappeler les conditions alarmantes dans les lycées publics en cette rentrée 2016 : effectifs qui explosent, locaux inadaptés, déréglementation des enseignements, lycées professionnels sacrifiés...

Le SNES, avec la FSU, rappelle son opposition farouche au financement des établissements privés par des fonds publics.