Le gouvernement du Québec a lancé depuis 1997 une grande réforme pédagogique appelée le « Renouveau pédagogique ». Mis en place dans ce qui correspond au collège en 2005, ce « Renouveau » a été évalué à la demande du même gouvernement. Le bilan, peu glorieux, ne peut qu’interroger la Réforme du Collège 2016.

Pour faire face aux difficultés des élèves, notamment les moins favorisés, le gouvernement québécois a lancé à la fin des années 1990 un vaste programme de réformes du système éducatif, touchant tous les cycles, et nommé "Renouveau pédagogique".

Attention, toutes ressemblances avec la Réforme du Collège 2016 ne peuvent être que fortuites... La Degesco ne pouvant pas s’abaisser à copier, avec moins de moyens, le programme de nos cousins québécois...

La réforme des cycles secondaires a débuté en 2005 au Québec.

Cinq changements majeurs sont installés :

  • L’approche par compétences.
  • L’introduction de nouveaux référentiels favorisant l’interdisciplinarité (tels que "Orientation et entreprenariat" ou "Vivre ensemble et Citoyenneté".
  • Le renforcement des fondamentaux avec par exemple 50 heures en plus de Français sur 3 ans.
  • Le changement des pratiques pédagogiques.
  • Le choix pour l’élève de son cheminement scolaire selon ses aptitudes et ses centres d’intérêt.

Vous trouverez le détail de ce renouveau pédagogique par ce lien.

Sur le visuel ci-dessous, vous constaterez que l’élève est au centre du système, et qu’en mobilisant 5 domaines de formation, 9 domaines de compétences transversales, 5 domaines d’apprentissage et 19 programmes disciplinaires, il ne peut que réussir.

Les programmes sont résumés par ce document.

A ce stade, si vous pensez que cet article n’a rien à voir avec la Réforme Collège 2016, vous pouvez arrêter de lire. Sinon...

En 2015, le Gouvernement Québécois missionne des chercheurs de l’Université Laval pour faire un bilan de ce renouveau pédagogique.

C’est un peu comme si Najat Vallaud Belkacem avait demandé à des chercheurs de l’Université de Paris X Nanterre de faire le bilan de la réforme du lycée...

Mais ce n’est pas tout... Le gouvernement québécois publie ce bilan sur son site officiel !

Et ce bilan n’est pas glorieux !

Après une enquête menée pendant 6 ans, auprès de plus de 3000 élèves et presque 4000 parents, le chercheur Simon Larose et son équipe sont arrivés aux conclusions suivantes :

    • Les résultats obtenus par les élèves du Renouveau pédagogique sont moins bons que ceux obtenus avant la réforme.
    • L’écart entre les élèves en difficultés et les autres s’est creusé encore un peu plus : c’est l’échec patent de la lutte contre les inégalités scolaires.
    • De l’avis des élèves et des parents, le climat d’apprentissage est moins bon qu’avant la réforme.
    • Les enseignants ont passé trop de temps à s’approprier la réforme (pourtant mise en place progressivement entre 2005 et 2010), et ont négligé le rapport à l’élève.

Visiblement, notre Ministère de l’Education Nationale veut donc nous tromper... Comment combattre l’échec scolaire et le décrochage, comment réduire les inégalités scolaires avec une réforme précipitée et moins ambitieuse que le Renouveau Pédagogique québécois ?
Le mensonge doit cesser.

Gérald Boutin, de l’université de Montréal, critiquait dès 2006 l’approche par compétences, la pédagogie de projet et les bulletins scolaires innovants :

« Ce serait une erreur que de croire que la seule maîtrise des techniques et procédés d’enseignement et d’apprentissage se suffit à elle-même. La véritable compétence des enseignants passe d’abord et avant tout par une maîtrise la plus poussée possible des disciplines à enseigner. »

« Comme on peut le constater, le parcours de la réforme de l’éducation québécoise se signale [...] par une volonté de forcer tout le monde à adhérer à une pensée unique inspirée du monde de l’industrie, celle des compétences attendues. »

De quoi nourrir notre réflexion lors des prochaines journées de formation...