21 mars 2017

COLLÈGES/LYCÉES

Rentrée 2017 dans les lycées : pas d’amélioration en vue.

Le groupe de travail relatif aux créations et suppression de postes dans les lycées de l’académie de Rouen s’est tenu le lundi 20 Mars 2017.

Au niveau académique, toutes disciplines confondues, le rectorat prévoit de créer 42 postes et d’en supprimer 14, ce qui correspond à un gain net de +28 postes. Ce nombre de création ne permettra d’améliorer les conditions d’étude des élèves et de travail des enseignants, puisqu’il ne permettra pas de faire face à la hausse démographique (+568 élèves dans les lycées de l’académie).

On peut même affirmer que la situation va se dégrader dans un certain nombre d’établissements.

Certains lycées ont une dotation en baisse alors qu’ils accueilleront davantage d’élèves à la prochaine rentrée : par exemple, il est prévu 50 élèves supplémentaires (hausse démographique de 5,9 %) au lycée Anguier d’Eu, mais la dotation est en baisse de 26,41 heures (baisse de 1,9 %). Les lycées Corneille et Jeanne d’Arc de Rouen sont dans une situation similaire.

Certains lycées perdent un nombre d’heures très important par rapport à la baisse de leurs effectifs : par exemple, le lycée Dumézil de Vernon accueillera 11 élèves en moins (baisse démographique de 0,7 %) et perd 54,36 heures (DHG en baisse de 2,5 %).

Enfin, la hausse de la dotation de certains établissements n’est pas proportionnelle à la hausse des effectifs : par exemple, le lycée Prévert de Pont Audemer accueillera 157 élèves supplémentaires (hausse démographique de 12 %) et sa dotation ne sera abondée que de +159 heures (hausse de 8,5%).

Le document ci-dessous présente l’évolution des effectifs et des dotations par établissement.

Au cours de ce groupe de travail, la FSU a dénoncé la hausse globale du taux d’HSA (en moyenne 11 % dans les lycées de l’académie). Certains lycées ont un taux très important :

Lycée Corneille de Rouen : 15,4% ;
Lycée Flaubert de Rouen 13,5% ;
Lycée Le Conquérant de Lillebonne : 13 % ;
Lycée François Ier du Havre : 12,9 % ;
Lycée Pascal de Rouen : 12,5 %.

La FSU a demandé des créations de postes partout où cela semble viable. Cette bataille des postes est déterminante pour permettre plus de mutation pour l’ensemble des collègues. Suite à notre intervention, quelques postes supplémentaires devraient être créés dans plusieurs lycées de l’académie, la décision définitive devant être prise lors du CTA du 24 Mars.

La FSU a alerté le rectorat sur la situation de l’Allemand : 4 suppressions de postes sont prévues dans les lycées, nombre qui s’ajoute aux 6 suppressions prévues dans les collèges de l’académie. Cela annonce un mouvement intra académique très compliqué dans cette discipline, notamment dans l’agglomération Rouennaise qui concentre 4 des 10 suppressions de poste. La FSU a demandé le maintien de ces postes, afin que les collègues d’allemand déjà maltraités par l’institution (exercice sur 2 ou 3 établissements suite à la fermeture des classes bilangues et des sections euro en collège) ne soient pas privés de leur possibilité de muter.
Certains lycées, qui ont un taux de CSP défavorisées supérieur à 40% et/ou accueillent en seconde plus de 40% d’élèves issus des collèges en éducation prioritaire, bénéficient d’une dotation sur la base de 32 élèves maximum par classe pour la rentrée 2017. Vous trouverez la liste de ces établissements dans le document suivant :

Enfin, la FSU a demandé la liste des postes à compléments de service, ce que le rectorat refuse toujours de communiquer, s’abritant derrière le fait que ceux-ci sont susceptibles d’évoluer d’ici la rentrée.