30 septembre 2015

COLLÈGES/LYCÉES

Rentrée sous pression dans les lycées : le SNES-FSU demande une audience au Recteur !

Trop cher ! Voilà le jugement que la Cour des comptes porte sur le lycée. Fort de ce constat qui se voudrait sans appel, le rapport publié ce mardi 29 septembre préconise en vrac le resserrement de l’offre de formation. Comment accepter cette provocation de plus alors que les conditions d’enseignement en lycée ne cessent de se dégrader ? Poussée démographique non anticipée, désorganisation à tous les niveaux, non respect des textes réglementaires… Décidément, la rentrée 2015 débute sous de bien mauvais auspices.

La rentrée 2015 a connu une forte augmentation du nombre d’élèves dans les lycées généraux et technologiques (au niveau national, 35 500 élèves supplémentaires par rapport à la rentrée 2014). Sans création de poste à la hauteur de cette poussée démographique, cela se traduit sur le terrain par une nouvelle dégradation des conditions de travail des enseignants et des élèves. Dans notre académie, les effectifs par classe sont très proches voire supérieur à 35 élèves (notamment en seconde), ce qui n’est pas sans poser des problèmes de locaux et de sécurité dans certains établissements. Par ailleurs, faute de place, un certain nombre de redoublants de Terminale, n’ont pu se réinscrire dans leur lycée d’origine ou ont été contraint d’accepter un enseignement de spécialité différent de celui qu’ils avaient choisi et suivi l’an passé.

A l’heure où la ministre entend promouvoir l’autonomie des établissements dans sa réforme du collège, force est de constater que cette autonomie, déjà mise en place dans les lycées depuis la réforme Chatel de 2010 est source de nombreux disfonctionnements. Dans certains lycées, des enseignements d’exploration en 2nd ou des spécialités de SII ont été fusionnés contrairement aux textes réglementaires. L’Accompagnement personnalisé à lui seul concentre de nombreux problèmes : horaire réglementaire de 2h hebdomadaires par élève non respecté, AP non inclus dans le service des enseignants et rémunérée en HSE, AP partiellement rémunéré…

Afin de mettre un terme à ces situations, la section académique du SNES-FSU a saisi les services du rectorat et a demandé une audience auprès du Recteur en insistant particulièrment sur les points suivants :

- L’augmentation des effectifs en lycée, ses conséquences sur l’organisation des enseignements, les effectifs par classe, les conditions matérielles d’enseignement ; il s’agit en particulier de faire le point sur les ajustements de rentrée et la répartition réelle des dotations.

- Les déséquilibres LV1-LV2 dans le cadre des horaires globalisés,

- L’accompagnement personnalisé (contenus, mise en oeuvre, annualisation)

- Le non respect des horaires légaux (TPE, Enseignements d’exploration)

Nous appelons tous les collègues à faire remonter à la section académique du SNES tous les dysfonctionnements dont ils peuvent être les témoins et à se mobiliser contre toutes les mesures et les dispositifs qui dégraderaient encore davantage les conditions d’enseignement dans un contexte où le ministère prépare une réforme du lycée dans la droite ligne de celle du collège.