4 ECLAIR de l’académie deviennent REP + à la prochaine rentrée :

- Pablo Neruda à ÉVREUX

- Eugène Varlin au HAVRE

- Braque à ROUEN

- Robespierre à SAINT ÉTIENNE DU ROUVRAY

Ils font partie des 121 établissements labellisés REP+ à la prochaine rentrée qui ouvriront la voie à un total de 350 REP+.

Dans ces établissements, la prime ECLAIR (part fixe) devrait être doublée à la rentrée 2015.

Les collègues des établissements doivent tous bénéficier d’une pondération de 1,1. Ceci correspond à un allègement d’1h30 pour un certifié.

La circulaire au sujet de cette pondération dit :

« Ces textes prévoient, en Rep+, un dispositif de pondération des heures d’enseignement des enseignants du second degré reconnaissant le temps consacré au travail en équipe nécessaire à l’organisation de la prise en charge des besoins particuliers des élèves qui y sont scolarisés, aux actions correspondantes ainsi qu’aux relations avec les parents d’élèves et à la formation. Chaque heure assurée dans ces établissements est décomptée pour la valeur d’1,1 heure pour le calcul de ses maxima de service. Sans avoir vocation à se traduire par une comptabilisation, ce dispositif vise à favoriser le travail en équipe de classe ou disciplinaire, en équipe pluri-professionnelle (conseillers principaux d’éducation, conseillers d’orientation psychologues, documentalistes, assistants d’éducation ou pédagogiques, assistants sociaux, personnels infirmiers, médecins notamment) mais également les rencontres de travail entre les deux degrés, notamment dans le cadre du conseil école-collège et des rencontres avec des partenaires. »

Contrairement à ce qu’annonçaient des premiers projets, il n’est pas question de bloquer des heures pour « compenser » ces pondérations.

Cette pondération est avant tout un allègement de service qui doit compenser de réelles difficultés pour exercer son métier dans des établissements difficiles.

Le SNES FSU a demandé au ministère de rappeler au rectorat de Rouen le principe de cette pondération.

Le DASEN a donc rappelé lors du dernier CTA (le 23 juin) qu’il n’y a pas de prescriptions pour les heures libérées par cette pondération, qu’elles peuvent donc être utilisées au choix des équipes... (et donc être libérées !!!)

Le SNES FSU appelle dès maintenant les équipes des établissements concernés à être bien vigilants ! Il est essentiel de rappeler que cette pondération est d’abord un allègement de service ! Elle ne doit pas entrainer une concertation imposée dans l’emploi du temps !