Le secteur CPE du SNES national a interrogé une stagiaire CPE de l’académie de Rouen sur le 1er trimestre de son année de stage...

Comment s’est passée votre prise de fonction ? Vos conditions de travail ? Quel premier bilan faites-vous ?

Carole : Prise de fonction plutôt bien en dépit de l’absence de tuteur, ce qui m’a un peu déconcertée au départ. Mes conditions de travail sont assez confortables tant sur le plan matériel que par l’aide apportée par les collègues.
Bilan de ma rentrée : bonne adaptation mais je regrette le manque de temps pour prendre du recul. Le travail en lycée est certes formateur mais j’appréhende d’être en collège l’an prochain et que cette année ne m’ait pas apporté tous les éléments « indispensables ».

Que pensez-vous de la formation dispensée ? Quel apport pour votre pratique professionnelle ? Comment l’améliorer ?

C. : Même si l’essentiel de la fonction y est abordé, le peu de temps de formation ne permet pas d’approfondir toutes les dimensions du métier.
La façon dont la formation transversale avec les professeurs a été mise en œuvre n’est pas adéquate car elle ne permet pas d’échanger sur nos attentes respectives et sur nos rôles, elle n’est qu’une exposition théorique de l’autonomie de l’EPLE et de la responsabilité civile et pénale.
Pour améliorer la formation, il faudrait qu’elle ne soit pas sur notre temps libre et qu’elle soit plus dense en début d’année. Il serait vraiment intéressant qu’elle permette les échanges entre CPE et profs, axée sur la pratique et moins théorique.
Illustration de l’intérêt porté aux CPE : la distribution à la rentrée du seul livre bleu du professeur alors qu’il en existe un pour les CPE...

Le SNES revendique deux tiers de formation théorique / un tiers de pratique, une formation adaptée aux besoins et unvotre avis ?

C. : L’entrée progressive dans le métier est pertinente tant pour les CPE que pour les profs !
Pour la répartition entre formation et pratique, je pense que 2/3 et 1/3 est l’idéal jusqu’à la Toussaint pour permettre ensuite une inversion progressive après février.
En même temps, pour le suivi, 2/3 de formation et 1/3 de pratique ne permet pas d’être efficace. La formation devrait aussi pouvoir être adaptée aux besoins de chacun.

8-pages national CPE - déc. 2010