Le CTSD 76 pour préparer la rentrée dans les collèges de Seine-Maritime a eu lieu ce jour. Comme chaque année, les chefs d’établissement avaient eu connaissance des DHG avant même la tenue du CSTD, signe de l’importance accordée au dialogue social… Pour le SNES FSU, le CTSD doit précéder toute prise de décision, afin que les représentants du personnel puissent exprimer leur opinion avec une vision complète de la situation académique. Ainsi, le SNES FSU refuse que les instances de dialogue social soient réduites à une simple chambre d’enregistrement.

La FSU a lu la déclaration suivante :

Déclaration de la FSU

Avec 893 élèves en moins prévus, c’est une baisse de 463 Heures Postes, 26 emplois d’enseignants en moins et 26 divisions que perdent les collèges du département de Seine-Maritime. Une nouvelle fois, la préparation de la rentrée va donc s’accompagner de nombreuses suppressions de postes, et les débats s’annoncent compliqués dans bon nombre d’établissements.

En plus des établissements relevant de l’Education Prioritaire (REP+ et REP), l’IA a annoncé la création d’une nouvelle catégorie dite « rural isolé en difficulté ». Pour ce « classement », l’administration a combiné deux critères : le taux de PCS défavorisée et le pourcentage d’élèves résidant en milieu rural isolé. 7 établissements sont donc concernés en Seine-Maritime : les collèges de Blangy-sur-Bresle, Doudeville, Aumale, Valmont, Cany-Barville, Londinières et Fauville en Caux. Ces établissements bénéficient donc d’effectifs un peu moins lourds que les autres établissements, puisque le seuil maximal d’élèves est fixé à 27 par classe (contre 29 dans les collèges non labellisés). Maigre prise en compte de la difficulté scolaire !

Seuls les établissements hors EP ont reçu une dotation complémentaire, mais à raison de quelques heures, cela ne permettra pas une grande marge de manœuvre ! D’autant que les HSE Accompagnement Educatif seront dès la rentrée consacrées exclusivement aux établissements d’Education Prioritaire.

L’IA a assuré que la pondération de 1,1 pour les collègues enseignant en REP+ serait bien comptée pour chaque heure de cours, et anticipée dans les dotations. Mais elle est restée beaucoup plus vague concernant le financement des études dirigées mises en place dans tous les REP et REP+ pour tous les élèves de 6° jusqu’à 16h30.

La décharge d’une heure pour les collègues en complément de service est également bien prévue, et chaque collègue en complément de service sur deux communes ou sur trois établissements pourra bénéficier d’une heure de décharge.

La nouveauté de cette année est l’arrivée des IMP qui remplacent certaines heures statutaires. Le décret fixant ces indemnités n’est pas encore voté et donc certaines données manquent encore. Les heures de labo de techno et d’histoire et la coordination d’EPS devront être intégrées dans les IMP. La FSU a insisté sur la nécessité de transparence quant à la répartition de ces IMP qui doivent être présentées en CA.
En revanche, les heures de chorale, de labo en SVT et physique restent des heures statutaires intégrées dans les DHG.

Une nouvelle fois, nous avons également protesté contre les conditions d’inclusion des élèves d’ULIS qui, à cause des effectifs surchargés, ne peuvent être accueillis en classe dans de bonnes conditions.

Les DHG des collèges de Seine-Maritime