Vidéo-surveillance, non merci !

La Région normande compte débloquer pas moins de 10 millions d’euros pour installer des dispositifs de vidéo-surveillance aux entrées des lycées qui le souhaiteraient. Les conseils d’administration sont donc invités à se prononcer sur l’opportunité d’un tel dispositif. Peu l’ont fait jusqu’ici, mais cette annonce sonne comme une nouvelle provocation après la décision d’Hervé Morin de verser 44 millions d’euros à l’enseignement catholique haut-normand. Elle intervient alors que les budgets des lycées présentés ces jours-ci sont loin d’être à la hauteur des besoins.

Inutile, coûteuse, lourde de dérives possibles, la décision d’implanter ces caméras se résume à une opération de communication sécuritaire. Les lycées normands méritent mieux. Il ya d’autres urgences : assurer la gratuité totale pour les familles de l’ensemble des sorties scolaires, isoler correctement les locaux, renouveler un parc informatique vieillissant et en assurer la maintenance, embaucher des personnels en nombre suffisant pour l’entretien des locaux, et bien d’autres choses qui amélioreraient le quotidien de tous au lycée.