Les premières nouvelles des établissements sur l’attribution des heures statutaires sont alarmantes : de nombreuses heures de chaire, pondérations, laboratoire, cabinet ou coordination ont disparu !

La réforme Chatel a semé le trouble en faisant éclater le groupe-classe avec le tronc commun et disparaître la référence disciplinaire avec l’accompagnement personnalisé. En ces temps de contraintes budgétaires et de dotations horaires squelettiques, les chefs d’établissement interprètent les textes à leur manière. Ici, les heures d’AP, d’ECJS en terminale et première ne sont plus comptabilisées pour le calcul de l’heure de chaire. Là, on applique une majoration de service pour effectifs faibles en comptant les heures en demi-groupes et TP...

Obsédé par les économies d’échelle, le rectorat a imposé des mutualisations d’enseignements en BTS et comme cela ne suffit pas, a ressuscité la vieille distinction entre enseignement théorique et pratique pour justifier la suppression de pondérations. Cette distinction ne s’applique qu’aux enseignants techniques - catégorie disparue en 1980 - et n’a donc plus lieu d’être !

Les situations sont très variables d’un établissement à l’autre, et même d’un service à l’autre au sein du même lycée .

Or, les textes n’ont pas changé et rien ne peut justifier de telles atteintes au droit.

C’est pourquoi, nous appelons à ne pas signer les VS litigieux, à les contester par écrit et à nous en communiquer copie. Une audience sera demandée au Rectorat pour rétablir les droits de tous.