Cette rentrée 2011, qualifiée de techniquement réussie par le Recteur, met les collèges dans des situations difficiles.

Lors de la préparation de cette rentrée, en janvier dernier, beaucoup de collèges avaient du abandonner les groupes en technologie, SVT et physique, il ne restait que peu de collèges qui pouvaient assurer encore des IDD.

Les points qui posent problème à cette rentrée sont nombreux :

- les effectifs

Les situations des collèges sont très contrastées ! Alors que certains collèges se vident et voient leur nombre d’élèves par classe descendre à 20.. D’autres « profitent » de l’assouplissement de la carte scolaire ou de l’accroissement démographique : des classes atteignent 29 - 30 élèves au Havre, à Beuzeville, à Damville, à Rouen, à Neufchatel !

- des heures non assurées

Les suppressions de postes ont d’abord touché les moyens en remplacement. Les collègues en poste fixe ou TZR devant travailler sur 2 ou établissements sont de plus en plus nombreux ! Dans les disciplines artistiques, certains se partagent même entre 4 établissements !

Dans certaines disciplines, des heures ne sont toujours par assurées - souvent en technologie et en maths. Des remplacements prévisibles (comme des congés maternité) ne sont pas non plus assurés : lettres modernes aux Andelys, histoire géo à Conches en Ouche par exemple...

- vies scolaires et locaux

Les effets des suppressions de postes d’AED se font déjà sentir. Les CPE sont de plus en plus contraints de ne proposer des recrutements que par demi postes afin de couvrir le plus de créneaux horaires, d’avoir un maximum de présence à certains horaires. Par ailleurs, certains locaux ne sont plus adaptés au nombre d’élèves !

- et encore...

Les multiplication de petits BMP et de postes à compléments de service compliquent sérieusement les emplois du temps des élèves comme des enseignants.

Les pressions pour prendre des HSA peuvent parfois prendre la forme de chantage et certains collègues se sentent contraints de les accepter.

Des groupes de langues ont une organisation bien surprenante ! On réunit dans un collège des 5° et 3° en allemand première langue.

De plus en plus de collègues refusent d’être professeur principal, devant les charges de plus en plus importantes de cette fonction. Là aussi, les pressions deviennent importantes !

Pensez à nous informer le plus possible des situations de vos établissements ! Cela nous est utile pour toutes nos interventions !!