Etaient présents pour l’administration le chef de la DPE, son adjointe et la DRAIO.

La FSU a siégé avec 3 représentants et FO avec 1. Le quorum étant atteint, la CAPA a pu se tenir, en visioconférence.

Les élu-e-s de la FSU ont lu la déclaration ci-dessous et ont soulevé les difficultés administratives rencontrées par les personnels (problématiques de contrats, d’arrêtés de nomination, d’irrégularités de traitement financier).

Déclaration CAPA

Réaction DRAIO : les consignes pour les CIO sont cohérentes avec celles données aux EPLE sur les dates et sur le respect des consignes sanitaires en préalable des réouvertures. Déconfinement progressif. Priorité absolue du moment pour la rectrice dans le calendrier révisé : l’orientation/affectation, après une période de confinement axée sur le pédagogique. Sujet des fermetures de CIO pas à l’ordre du jour, si la carte doit être révisée, il y aura dialogue social. Enquête va être lancée dans les CIO quant aux besoins matériels dans le cadre du déconfinement, téléphone, visio, etc.

Réaction Chef DPE : rien n’est simple, la crise sanitaire oblige à une construction quasi au jour le jour. Ambivalence dans le discours sur la fin des CAPA : il s’agit de privilégier un dialogue social administration/chaque personnel, soutenu par les syndicats. Mais en même temps, pas d’objection à la tenue de GT en compensation. On comprend à demi-mot que c’est la rectrice qui bloque pour l’organisation de GT paritaires préparatoires aux mouvements.

Promotions HC

68 PsyEN dans le vivier, dont 15 ont déjà bénéficié d’un RDV de carrière, 12 promotions .

41 EDA dans le vivier : 7 promotions
27 EDO dans le vivier : 5 promotions
(prorata)

Les collègues en 11 et 12 ont été "reclassées" durant la CAPA par rapport au listing, occupant initialement respectivement les rangs 22 et 27 en raison de leur âge et de la proximité de leur départ en retraite.

Deux collègues ont été classées en liste "supplémentaire" en cas d’accès de collègues EDA précédemment cité-e-s à une promotion via la CAPA HC des PE. Hypothèse peu probable, malgré tout.

Interventions de la FSU

Nous constatons que bon nombre de collègues récemment entré-e-s dans le métier connaissent d’importantes difficultés dans leur traitement financier et dans la régularisation de leur situation administrative. Nous nous interrogeons sur les pratiques de régularisation salariale qui amènent les collègues à parfois attendre leur rémunération pendant des délais importants, alors que le travail a été fait.

De même, les collègues contractuel-le-s recrutés pour des remplacements courts doivent quémander leur attestation Pôle Emploi pour faire valoir la continuité de leurs droits, alors que celle-ci devrait selon toute logique leur être adressée automatiquement (nous sommes en 2020, les techniques informatiques devraient le permettre, selon toute vraisemblance).

Nous sommes informé-e-s des difficultés rencontrées dans la collaboration avec la DGFIP, et nous tenons à réaffirmer que nous ne jetons pas la pierre aux collègues de la DPE.

Néanmoins, nous attirons l’attention sur deux points :

- La situation humaine et personnelle de ces collègues peut se trouver très compliquée. Comment exercer sereinement son activité quand certains mois on ne va pas pouvoir honorer ses factures, attendant que la rémunération arrive ultérieurement ?

- La situation de notre profession, qui manque déjà de personnel pour honorer toutes ses missions convenablement. Si nous dissuadons les collègues récemment entré-e-s de persister dans notre métier, nous le fragiliserons grandement à terme, ce qui est inacceptable.

La FSU demande une vigilance particulière pour les collègues entrée-s récemment dans le métier. Nous demandons que les attestations employeurs soient délivrées systématiquement pour les collègues en CDD, sans nécessité de les réclamer. Nous demandons également que cessent les traitements salariaux et administratifs aléatoires. Si le problème vient d’une autre administration que la nôtre, nous réclamons une intervention forte de Mme la Rectrice auprès de ces services extérieurs.

Pour information, vous trouverez ci-dessous le paragraphe CIO qui est présent dans la déclaration de la FSU du CTA du 19 mai

Le 7 mai, à travers l’envoi d’une vidéo à l’adresse des PsyEN le Ministre donnait l’impression de découvrir l’existence d’un corps de psychologues dans son ministère et comprendre leur importance pour l’accompagnement des élèves, des parents et des enseignants dans cette reprise si anxiogène. Cette vidéo a provoqué un certain étonnement chez les PsyEN du second degré car la crise sanitaire a mis en évidence l’incurie avec laquelle le MEN a traité les CIO, le mépris qu’il a manifesté pour leur rôle dans sa communication sur l’orientation en persistant à nier le rôle des PsyEN EDO dans l’accompagnement à l’orientation des élèves et de leurs familles. Enfermé dans sa volonté idéologique de transférer les missions d’orientation aux enseignant.e.s, le MENJ ne voit-il pas que l’orientation n’est pas qu’une affaire d’information numérique et d’ajustement de profils grâce à l’intelligence artificielle ? Le courrier de la DRAIO (en date du 5 mai) adressé aux DCIO est dans la même veine, il a suscité l’incompréhension et la colère des personnels. Il est demandé aux CIO qui n’ont jamais cessé de fonctionner de rouvrir à partir du 11 mai alors que les consignes sanitaires ne peuvent toujours pas être respectées faute de matériel. Pas un mot dans ce courrier pour remercier les PsyEN et DCIO qui depuis le confinement sont restés fortement mobilisés avec leur propre matériel (téléphones et ordinateurs), pour assurer au mieux la réponse aux demandes des familles et des jeunes, apporter leur aide dans l’élaboration des projets et la préparation des opérations d’orientation. La présente période démontre bien l’utilité des services publics et des CIO qui à travers leur collectif de travail permettent aux PsyEN de se soutenir, d’échanger sur des situations complexes. La rectrice s’était engagée à ne pas fermer de CIO dans notre académie pendant l’année 2019/2020 ; interpellée sur le sujet lors de la CAPA HC des PsyEN la réponse en deux temps faite par la DRAIO : « la fermeture des CIO n’est pas à l’ordre du jour, si la carte des CIO doit être révisée il y aura dialogue social » ne rassure ni les personnels, ni les usagers. La FSU demande l’abandon des projets de fermetures des CIO (rapport Charvet).