12 février 2018

ACTUALITES

Classe Exceptionnelle : mépris des personnels et trahison des engagements ministériels

La CAPA des Certifiés, prévue le 15 février, est finalement repoussée à la deuxième quinzaine de mars. Se pose notamment le problème de l’examen des candidatures au titre du vivier 1.

La Classe Exceptionnelle, entrée en vigueur au 01.09.2017 dans le cadre des nouvelles carrières, ouvre enfin des perspectives d’avancement et de rémunération pour les personnels qui étaient jusque là bloqués à l’échelon terminal de la Hors Classe. Néanmoins, les modes d’accès à la Classe Exceptionnelle, dénoncés depuis le début par le SNES-FSU, posent problème.

En effet, en réservant la plupart des promotions (80%) au vivier 1, et donc à des candidats ayant exercé des fonctions particulières, l’administration risque de priver de nombreux collègues de l’accès à ce nouveau grade.

En outre, les conditions d’accès à ce vivier sont trop restrictives : la note de service ministérielle prévoit en effet que peuvent candidater les collègues ayant été affectés 8 ans :
- dans l’enseignement supérieur
- en Education Prioritaire, mais seulement après 1990, en vertu de l’arrêté du 10 mai 2017.
- en tant que formateur, titulaire du CAFFA (instauré en 2015... depuis 3 ans donc !)

Ces conditions ne permettent donc pas à de nombreux collègues, ayant pourtant EXERCÉ des fonctions particulières ou dans des conditions difficiles, de postuler. Le SNES-FSU, dans ses discussions avec le ministère, s’attache à lever ces obstacles pour les campagnes suivantes.

Pire encore, alors que la circulaire ministérielle prévoit que tous les établissements ZEP depuis 1990 ouvrent droit à candidater au vivier 1, le Rectorat de Rouen s’appuie sur un tableau mystérieux pour exclure les 6 années de 2009 à 2015 où ces établissements ZEP ont été classés RAR et RRS. Or, ces dispositifs RAR et RRS n’ont jamais aboli le classement ZEP. Preuve en est l’indemnité ZEP touchée par les personnels au cours de ces 6 années que le Rectorat refuse néanmoins de prendre en compte. Le SNES-FSU condamne cette lecture abusive de l’arrêté ministériel et met tout en oeuvre pour contraindre le Rectorat à appliquer les textes. Mais le combat est rude tant est forte la volonté de promouvoir certains collègues au détriment des autres !

Si votre candidature au vivier 1 a été rejetée, mettez-vous au plus vite en contact avec la section académique du SNES-FSU afin que nous puissions intervenir.