26 septembre 2018

CATÉGORIES

PSY-EN : compte-rendu de l’audience accordée par le Rectorat de Rouen

Ont participé à cette audience
- Pour l’administration : Monsieur Fliou, SG du Rectorat de Rouen et Madame de Rozario, CSAIO
- Pour les PsyEN : François Bertaud (CIO du Havre), Magali Hoarau et M. Agnès Monnier (CIO Rouen sud) et Aline Vansoeterstede…. (CIO Rouen Centre)

Nous avons tout d’abord exposé les raisons de cette manifestation : La Loi LCAP qui prévoit le démantèlement de l’ONISEP par le transfert des DRONISEP et d’une partie des personnels aux régions, le projet de fermeture d’un grand nombre de CIO (1 par département devrait au minimum être conservé) et les conséquences en terme d’accueil pour notre public et de conditions de travail pour les collègues, (perte des collectifs de travail, isolement, etc…) Nous avons relayé l’inquiétude liée à la grande incertitude quant au devenir des services et à une évolution qui risque de remettre en cause le caractère national de l’orientation des élèves…

Nos interlocuteurs ont tout d’abord remarqué, que la Loi étant votée, il fallait maintenant construire sur le terrain quel serait le nouveau maillage des CIO, quelle articulation avec la région… « Construire le CIO de demain » …
Monsieur Fliou a rappelé, concernant la DRONISEP, que les personnels avaient un droit d’option et que lors de transferts antérieurs pour d’autres catégories, les carrières des personnels pouvaient s’avérer meilleures (!!)
Pour le SG, les CIO et le SPRO ne doivent pas être en concurrence ; (c’est sûr, en fermant les CIO il n’y aura plus de concurrence pour que le SPRO prenne son essor)
Citant l’exemple de l’académie de Orléans-Tours où un GT s’est mis en place dès le mois de septembre pour réfléchir à la nouvelle carte des CIO, nous avons fait part de notre interrogation, la constitution d’un GT sur ce thème est-elle prévue à brève échéance ?
Madame de Rozario a précisé qu’aucune directive, ni nationale, ni régionale n’était à ce jour donnée. Néanmoins, elle doit rencontrer prochainement la région pour envisager de quelle manière le travail pourrait s’organiser, en particulier concernant les 54H pour l’orientation fléchées dans l’emploi du temps des élèves.
Un GT devrait se mettre en place dans les 2 mois qui viennent, avec 1 DCIO de chaque actuelle académie (Rouen et Caen), des IENIO et 1 ou 2 représentants de chefs d’établissement, ainsi qu’un représentant de la région. L’objectif étant de définir qui fera quoi concernant le parcours avenir, le continuum bac +3 /bac-3 et le parcours étudiant. Il s’agira de définir le programme d’activité de l’académie, redonner du cadre et de la structure pour les actions organisées. Le parcours avenir serait la clé d’entrée pour appliquer l’orientation telle que nous la concevons, pour éviter que la région prenne la main. Madame de Rozario a insisté sur le fait que la compétence de la région allait se concentrer sur l’info sur les métiers. Pour elle, l’EN restera maître des 54 h, la région n’a pas les compétences pour faire l’information sur les formations…

Nous avons échangé concernant Parcoursup, il y aurait 2000 places vacantes dans l’enseignement supérieur, aucun néo bachelier sur le carreau, simplement 6 ou 7 réorientation de l’université sans solution. Apparemment 40% des lycéens s’engouffreraient dans les mêmes filières : Psycho, STAPS, PACES, Droit ce qui expliquerait qu’il y ait autant de places vacantes dans bon nombre de filières méconnues. Pour la CSAIO, il faudrait que l’orientation des lycéens soit plus diversifiée…. Nous avons objecté que dans les CIO, depuis la reprise, nous avons reçu des élèves encore sans solution et des centaines de lycéens et jeunes étudiants inquiets pour leur poursuite d’études…. Ou iront-ils si les CIO ferment ? Nous n’avons obtenu aucune réponse sur ce point….

Madame de Rozario s’est dit prête à travailler avec des collègues volontaires, pour des rencontres informelles mais régulières, 1 fois par mois environ pour envisager les alternatives si les CIO devaient fermer, de quelle manière nous pourrions maintenir les collectifs de travail. Nous avons objecté qu’il y avait des indépassables, que nous n’acceptons pas de rentrer dans un jeu où il faudrait désigner le CIO qui fermerait, etc…. Cette hypothèse est écartée par la chef de service…