Administration : Mario DEMAZIERES (chef DPE, président), Catherine GEST (cheffe adjointe DPE), Martine DUVAL (IEN-IO).

FSU : Magali HOARAU, Mathilde CRESTO-ALEINA, Mathias DECHAMPS (titulaires), Karine JOUAS (suppléante).

F.O. : Isabelle TASSERY (titulaire), Patricia MAGUER (FO).

· Déclarations liminaires :

Déclaration FO centrée autour de l’opposition à la fusion des académies et de l’opposition à certaines composantes des PPCR (comme la pérennité de l’évaluation dans le temps).

Déclaration FSU en PJ

· Validation du PV de la CAPA du 8/01/19

· Examen des promotions HC :

75 collègues dans le vivier des promouvables (49 EDA + 26 EDO)

13 promotions (7 EDA + 6 EDO) : proportionnellement plus d’EDO, mais réparation de l’injustice historique, compensation pour rattraper les collègues en fin de carrière.

Sont promu·e·s :

205 pts : 5 EDO ; 195 pts : 4 EDA ; 185 pts : 1 EDO (DCIO) / 3 EDA

Liste complémentaire (utilisée si des collègues EDA sont promu·e·s via la CAPA des PE. Pas encore passée) :

LS : 1 EDO / 2 EDA 185 pts

· Divers :

Question sur l’accompagnement des collègues contractuelles EDO n’ayant que le M1, livrées à elle-même. M. DEMAZIERES propose que les collègues concernées le contactent directement par mail avec explication détaillée de leur situation, et propose de revoir la situation avec l’université.

Problématique du trop-perçu par les néo-titulaires EDO quant à l’indemnité de fonction, les EDO entrants ont perçu depuis la rentrée l’IF EDA, soit une centaine d’euros de plus par mois ! Ils vont devoir rembourser cette somme conséquente (approx. 800 euros !).

Problématique de la prime d’entrée dans le métier versée de manière indue à certains EDO/EDA néo-titulaires, alors qu’ils avaient été au moins trois mois contractuels l’année précédente l’année de stage, ce qui rend caduque ce versement.

Nous avons soulevé la problématique des EDO néo-tit doublement lésés, qui vont devoir rembourser cette erreur d’IF + prime d’entrée métier ! M. DEMAZIERES a convenu que cette situation est délicate, car la trésorerie générale réclame un remboursement rapide, ce qui limite l’échelonnement. Nous avons proposé que les collègues en difficulté bénéficient d’une avance de la part du service social, afin de rembourser rapidement la somme due à la trésorerie générale. Cette idée semble avoir été accueillie favorablement.

Nous avons également évoqué l’opacité dans le versement des indemnités REP aux EDA, aucun texte ne régissant la quotité, laissant place à des différences entre départements, voire entre circos !!! La DPE explique vouloir se pencher sur cette anomalie, et aligner à terme tous les EDA sur la même problématique. M. DEMAZIERES a même ajouté : « Pour plus de justice, tous les PsyEN, quelle que soit la spécialité, devrait percevoir l’indemnité REP sur les mêmes bases ». Nous avons souligné que les EDO étant réglementés sur le taux plein REP à partir d’au moins un EPLE d’exercice classé, cela signifierait qu’il faudrait faire de même pour les EDA... Ce qui l’a laissé dubitatif.

compte rendu CAPA HC Psy-En du 25 avril 2019
déclaration CAPA HC Psy-En du 25 avril 2019