24 février 2010

COLLÈGES/LYCÉES

Consultation sur les programmes : NON au lycée « light » !

Les programmes de Seconde ont fait l’objet d’une consultation des personnels (http://eduscol.education.fr/cid49936/consultation-sur-les-projets-de-programme-seconde.html) : vendredi 12 mars, jour de la grève Education, est aussi la date de fin de la consultation. La faible durée du temps imparti aux collègues (officiellement 6 semaines, dont il faut décompter les congés d’hiver ; de plus le Rectorat a imposé une date plus précoce que la date nationale afin de traiter les remontées…) n’ a pas permis à la profession de s’emparer du débat. De plus, certains projets de programmes avaient déjà été transmis aux éditeurs…

Les enseignements d’exploration ont été conçus dans le but explicite de permettre aux élèves de découvrir les possibilités d’orientation professionnelle ouvertes par le champ ou la discipline qu’ils étudient. Cela pose un grave problème en termes de conception des enseignements, les savoirs étant d’emblée mis au service d’une découverte des activités professionnelles. Mais c’est le cas aussi de certains enseignements de tronc commun : ainsi dans le nouveau projet de programme de SVT il est précisé que « le programme s’organise… autour de thématiques qui aident au repérage de grands secteurs d’activités professionnelles » (p.2). Et le texte ajoute : « chaque fois que cela sera possible, les professeurs saisiront les occasions offertes afin d’attirer l’attention sur des métiers plus précis » (id.)

Le contenu des programmes constitue une véritable régression par rapport à l’existant. Le débat très médiatisé sur les SES, qui perdraient une bonne part de leur dimension sociologique (notamment les questions du chômage et des inégalités) au profit d’un enseignement orienté sur les principes de l’économie de marché, a permis d’obtenir une concession du Ministère qui travaillerait à rétablir une partie des chapitres sacrifiés.
En histoire-géographie, la question sur « la Méditerranée, carrefour des civilisations » serait abandonnée au profit de « la civilisation rurale dans l’Occident chrétien médiéval », incluant la figure de la légendaire Hidegarde de Bingen… Et ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres ! L’histoire des arts serait saupoudrée partout, au détriment des pratiques artistiques, mais aussi des contenus disciplinaires.
Analyses du SNES discipline par discipline : http://www.snes.edu/Projet-de-reforme-du-lycee-des.html

Rappelons qu’il ne s’agit pas de défendre les disciplines en se bornant à un combat corporatiste. La plupart des disciplines sont attaquées dans leurs contenus, toutes sont attaquées dans leurs horaires ; la solution ne peut être de se replier chacun sur son pré carré. Au contraire, c’est en faisant front commun que nous défendrons un lycée de qualité. Comme en 2000 contre Allègre, il faut résister au « lycée light » ! N’oublions pas de le rappeler dans nos slogans vendredi !